Cannes / Cannes 2012 / Culture

Conversation avec Wes Anderson: «Les adultes et les enfants ne sont pas si différents»

Temps de lecture : 2 min

Le réalisateur américain, qui fait l'ouverture du Festival de Cannes, s'est entretenu avec Slate.com.

«Moonrise Kingdom», de Wes Anderson
«Moonrise Kingdom», de Wes Anderson

Le réalisateur de La Famille Tenenbaum et de La Vie Aquatique fait l'ouverture du Festival de Cannes avec Moonrise Kingdom. De nouveau, Wes Anderson place dans un monde fantaisiste ses acteurs fétiches (Bill Murray, Jason Schwartzman...) et mêle adultes qui n'ont jamais complètement fini de grandir et enfants parfois plus matures que leurs aînés.

Dans un entretien avec Slate.com (réalisé à Paris avant le Festival) Wes Anderson raconte:

«Ça se passe dans les années 1960, à une époque à laquelle beaucoup de choses s’apprêtent à changer. La relation entre les deux enfants, qui est au centre du film, reflète sans doute mes propres sentiments à cet âge-là, mes propres fantasmes. Ces enfants partent ensemble à l’aventure, ils fuguent. Et la petite fille pense que son kit de survie, ce qui lui est indispensable, c’est une valise pleine de livres. Ce sont plutôt des livres fantastiques et au bout d’un moment je me suis dit, peut-être que le film devrait donner le sentiment qu’il pourrait lui aussi être dans la valise, avec tous ces livres.»

Le réalisateur raconte comment s'est déroulé le choix des deux jeunes acteurs, et de manière plus générale le travail avec des enfants. «Les adultes et les enfants ne sont pas si différents des autres je crois. Ils sont face à des questions similaires», juge-t-il.

Dans une autre partie d’interview, Wes Anderson répond à une série de questions posées par les internautes et lecteurs de Slate.com. Quel serait son dernier repas? Quelles sont ses sources d’inspiration principales? Pourquoi choisir Françoise Hardy pour la bande son de Moonrise Kingdom?

Charlotte Pudlowski Rédactrice en chef de Slate.fr

Newsletters

Palmarès de Cannes: Thierry Frémaux dénonce la «culture du soupçon»

Palmarès de Cannes: Thierry Frémaux dénonce la «culture du soupçon»

Dès ...

Moretti, Le Pacte... Questions sur un palmarès

Moretti, Le Pacte... Questions sur un palmarès

Nanni Moretti a-t-il favorisé les films distribués par la société qui distribue également ses propres réalisations en France?

Cannes: BHL avait rendez-vous avec l'Histoire, sur le tapis rouge

Cannes: BHL avait rendez-vous avec l'Histoire, sur le tapis rouge

Baptiste Rossi, étudiant de 18 ans, a monté les marches à Cannes pour accompagner l'équipe du «Serment de Tobrouk» de BHL. Il raconte cette première fois et défend l'oeuvre du philosophe.

Newsletters