FiligraneCulture

Auriez-vous de meilleures notes avec un père écrivain?

Charlotte Pudlowski, mis à jour le 05.04.2012 à 18 h 37

Capture d'écran d'une vidéo de Ian McEwan du Guardian.

Capture d'écran d'une vidéo de Ian McEwan du Guardian.

L’écrivain britannique Ian McEwan était l’invité du festival Open Weekend du Guardian. L’auteur d’Expiation (Atonement en anglais) et de Sur la Plage de Chesil raconte comment son fils s’est un jour retrouvé à devoir faire pour l’école une dissertation sur Délire d’Amour, l’un de ses propres romans.

«C’était une expérience très bizarre pour moi, de le voir assis dans le salon, écrire son essai, avec des phrases comme “dans ce passage, McEwan…“; j’avais envie de lui dire “tu devrais écrire papa“ Et je l’ai aidé pour l’une de ses dissertations. Nous avons parlé de certains thèmes, je lui ai donné quelques clés. Et il a eu une très mauvaise note!»

L’interprétation que l’enseignante faisait de son livre différait de la sienne, expliqueMcEwan.

Un prof de littérature m’avait raconté il y a quelques années que Paul Valéry avait parfois assisté à des cours sur sa poésie. Et qu’il en sortait en disant «je ne savais pas que je disais ça dans mes poèmes».

C.P.

Charlotte Pudlowski
Charlotte Pudlowski (740 articles)
Rédactrice en chef de Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte