Culture

Papotage avec Russell Banks

Temps de lecture : 2 min

Russell Banks à Paris, le 15 mars 2012/ C.P.
Russell Banks à Paris, le 15 mars 2012/ C.P.

Russell Banks a 72 ans; il pourrait ressembler à Hemingway au même âge - si Hemingway avait atteint cet-âge là. Banks a en plus un brillant à l'oreille.

Il était à Paris pour la sortie de son dernier roman: Lointain Souvenir de la peau. L'histoire d'un gamin, le Kid, condamné pour délinquance sexuel. Il a purgé sa peine mais il garde à la cheville un bracelet électronique - il est enferré dans son passé, l'empreinte de sa faute collée à la peau.

En attendant de tout vous raconter de l'entretien, mini-questionnaire:

Où travaillez-vous?

J’ai un bureau hors de chez moi. Je travaille tous les jours, du matin, jusqu’à la moitié de l’après-midi. J'ai besoin de stabilité, quand je suis en voyage, en déplacement, c'est plus difficile.

Si un réalisateur devait adapter votre film, qui choisiriez-vous?

Ce serait très difficile à adapter sur grand écran, j’ai du mal à imaginer quelqu’un. Mais je voudrais quelqu’un capable de saisir le fantasme et la réalité du livre. Peut-être David Lynch.

Une playlist pour le livre?

Il y aurait ce qu’écoute le Kid. Eminem certainement. Et du jazz classique des années 30 et 40. Et il faudrait une musique très moderne comme Steve Reich.

Que lisez-vous en ce moment?

Les Essais de Montaigne. A la fin de mon roman, Lointain Souvenir de la peau, j’essaie d’explorer la façon dont il faut prendre des décisions dans la vie, même quand on ne sait pas laquelle, même quand on ne sait pas ce qui est vrai, il faut croire, au-delà de la logique rationnelle, et s’engager dans une voie ou une autre pour avancer. Montaigne dit qu’il suspend son jugement. L’écrivain dans mon roman dit l’inverse, qu’il faut choisir, prendre position. Je ne suis pas d’accord avec Montaigne. Seul Dieu peut suspendre son jugement. Mais je ne crois pas en Dieu.

Aimez-vous parler de vos livres?

J’aime ça, jusqu’à un certain point. Et je suis presque arrivé à ce point-là! [Il rit.] J’ai passé dix jours en Angleterre. A l’automne j’avais passé six semaines en promotion aux Etats-Unis. A la fin, c’était en octobre, j’en étais à ne plus aimer mon livre, et à ne plus m’aimer moi-même!

En savoir plus:

Newsletters

Ceux qui rêvent à une France uniforme ne l'aiment pas vraiment

Ceux qui rêvent à une France uniforme ne l'aiment pas vraiment

L'acteur Saïd Taghmaoui, révélé au grand public dans le film «La Haine», raconte l'itinéraire de l'enfant français qu'il était hier et livre une analyse sur le traitement que son pays natal réserve à ceux d'aujourd'hui.

Un écrivain turc doit-il avoir fait de la prison pour plaire aux jurys littéraires français?

Un écrivain turc doit-il avoir fait de la prison pour plaire aux jurys littéraires français?

Le prix Femina étranger 2021 a été attribué à «Madame Hayat» (Actes Sud), un véritable hymne à la liberté, conçu et écrit derrière les barreaux par le Turc Ahmet Altan.

Faites la fête (mais en silence) à la Cité des sciences et de l’industrie

Faites la fête (mais en silence) à la Cité des sciences et de l’industrie

Pour la 11ème édition des Silencieuses, la Cité vous invite à déambuler le 28 octobre, de 20h à minuit, dans ses espaces d’exposition sur fond d’univers musicaux variés. Avec une murder party à la clé.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio