Boire & manger

«Top Chef» saison 13, épisode 6: l'immangeable existe-t-il? 

Temps de lecture : 5 min

Cette semaine, tout est comestible, la salive d'abeille, la mousse des sous-bois, et même la cire. 

Quand je vois Sébastien et Ambroise faire un énième trompe-l'œil. | Capture d'écran via 6play
Quand je vois Sébastien et Ambroise faire un énième trompe-l'œil. | Capture d'écran via 6play

Qu'est-ce que la nourriture? Y a-t-il encore des choses sur cette Terre qui ne sont pas comestibles? L'immangeable existe-t-il? Autant de questions que l'on est en droit de se poser après un épisode de «Top Chef», émission qui repousse sans cesse les lois de la physique et de l'alimentation.

De l'huile à la cendre? Pourquoi pas. Du foin cramé? Délicieux. Du hareng au cigare? Aucun problème. En quelques saisons, «Top Chef» a progressivement mué, d'une petite émission culinaire sympathique, vers un terrain d'expérimentation pour savants fous aux goûts répréhensibles. Jamais je n'aurais imaginé, en petite section de maternelle, qu'avec mes mélanges terre-salive-bouts de gomme, j'étais à l'avant-garde d'une nouvelle révolution culinaire.

Quand tu commandes une tequila paf avec tes copines en terminale.

Tout ça pour dire que cette semaine, Hélène mange de la cire d'abeille. C'est un moment choquant et traumatisant pour la cheffe, mais on a du mal à comprendre pourquoi, vu que deux heures plus tôt, Ambroise faisait revenir de la mousse (oui, le truc qui pousse sur les arbres) dans du lait. En quoi est-ce que la cire d'abeille, ça serait pire? Où se situe la frontière de la comestibilité? Ces questions, mes amis, resteront une semaine de plus sans réponse.

Première épreuve

L'épisode commence avec une épreuve mythique: «Qui peut battre Philippe Etchebest et Paul Pairet?», ou QPBPEEPP. Certes, cet acronyme est tellement long qu'il aurait pu être inventé par le Parlement européen, mais l'épreuve s'annonce excitante. Après tout, c'est le grand retour de Pairetchebest, l'alliance du feu et de la glace, de la créativité et de la technique, de la calvitie dans toutes ses déclinaisons. Mais Pairet et Etchebest ne seront pas les seuls à unir leurs forces tels l'OTAN de la cuisine. Cette semaine, les équipes sont mélangées, et les candidats de différentes brigades vont devoir travailler en binôme pour la première fois. Les repères vont être brouillés, de nouvelles affinités vont se créer: enfin des rebondissements de TÉLÉ-RÉALITÉ. Merci M6.

Moi avant d'envoyer un tweet.

Autre bonne nouvelle, la thématique de l'épreuve, ce sont les champignons. Ce qui veut dire qu'on va enfin voir des plats qui ont l'air bons, et plus ou moins réalisables chez soi –sans vouloir vexer les desserts au poulpe et à l'œuf cru, hein.

Le meilleur duo reconstitué est composé d'Arnaud et Mickaël, qui forment une excellente équipe de nordistes potaches et sympathiques. Leur collaboration semble se dérouler à merveille (ils seront d'ailleurs les seuls à battre un des plats de Pairetchebest)... ce qui n'est malheureusement pas le cas de Sébastien et Ambroise. Se laissant un peu trop emporter par son génie créatif, ce dernier décide de rajouter du poisson fumé à leur assiette aux champignons. Ambroise, s'il met pas de l'anguille partout, il meurt: on est à «Top Chef» ou dans un film de Shōhei Imamura là? (Oui, j'admets qu'elle est un peu pointue celle-là.)

Mais le Cousteau des fourneaux ne s'arrête pas là. «C'est un petit délire, j'ai décidé d'infuser de la mousse», nous dit-il fièrement en exhibant sa casserole remplie de compost. Ambroise, ici, c'est le «Top Chef» pour les humains, pas pour les coléoptères.

Lentement mais sûrement, «Top Chef» est en train d'opérer un dangereux renversement des valeurs, une inversion entre bien et mal, produits comestibles et fougères, et il faut que ça cesse. Si on ne les arrête pas, bientôt, il ne restera plus rien de non-comestible dans ce monde, et on voudra nous faire manger des moutons de poussière, de la peinture acrylique ou de la moisissure de salle de bains.

«Bonjour, je suis conseillère pour le compte professionnel de formation.»

Lors de la dégustation, on découvre avec horreur que le premier plat de Pairetchebest s'appelle «T'en veux du champignon?». On est à deux doigts de «Tiens, ton vieux tartare là, maintenant arrête de me soûler j'ai des trucs à faire». En même temps, le titre de leur deuxième plat est encore pire: «Sweet no champignon-champignon trémelle des neiges.» Pardon? C'est un peu la version culinaire de Le Seigneur des anneaux: Les Anneaux de pouvoir.

Après avoir chopé un lumbago à force de déguster des plats debout, Glenn Viel procède au classement des candidats. Pascal et Thibaut finissent derniers, et c'est le plat «T'en veux du champignon» de Pairetchebest, qui remporte la première place. Bien joué.

Deuxième épreuve

On reste sur une thématique douceur et réconfort pour cette deuxième épreuve arbitrée par Michaël Bartocetti, autour du miel. Et, ô joie, ça se passe très mal.

Déjà, Sébastien et Ambroise font un trompe-l'œil, ça faisait longtemps! Inquiet quant à cette réalisation périlleuse, Pairet leur demande: «Et le plan B, c'est quoi?» Ils n'en ont pas. D'ailleurs, Sébastien est extrêmement confiant, et nous affirme que «ça va être que du bonheur». Sébastien en fait c'est pas un cuisinier, c'est un t-shirt Pimkie de 2006.

Quand y a une pandémie et une Troisième guerre mondiale en préparation mais qu'il faut quand même aller à l'école.

De leur côté, Lucie et Wilfried font un dessert au «yaourteugrec», et lancent plein de préparations, qu'Hélène Darroze s'empresse de goûter. Sauf que la cheffe déguste accidentellement de la cire d'abeille, qui était censée servir de décoration aux candidats. Gros fou rire, même si ça aurait pu être pire, elle aurait pu boire dans la bière qui sert de cendrier.

Amusé, Wilfried explique: «C'est pas comestible, enfin c'est comme chez toi tu manges pas la cire des bougies.» Oh tu sais Wilfried, j'ai un ami qui a bu une bougie cul-sec au resto juste pour emmerder son mec. Rien n'est impossible. Et puis, dans la même épreuve, il y a des gens qui se disent que c'est une bonne idée de cuisiner avec des «sécrétions salivaires» d'abeille. Donc vraiment, qu'est-ce qui n'est pas comestible, au fond?

Mais la vraie catastrophe, c'est la coque en chocolat blanc de Thibaut et Pascal, qui refuse de se démouler malgré toutes leurs tentatives.

Quand t'as un bouchon intestinal.

Pris par le désespoir, le binôme a l'idée de se rattraper en… cachant l'assiette dans une énorme ruche en bois. «Et le chef viendra décortiquer la ruche pour trouver notre dessert.» Mais vous pensez qu'il a que ça à foutre???????????????????? Imaginez, ce pauvre Michaël Bartocetti était venu pour déguster de bons desserts, et au final, on lui sert un meuble Ikea.

Quand tu voulais la maison de rêve Barbie Dreamhouse pour Noël mais que ta mère avait pas le budget.

Finalement, ce sont Louise et Lilian qui arrivent premiers (je vous avais pas dit la semaine dernière que c'étaient les meilleurs?). Par miracle, le repas en kit de Thibaut et Pascal se qualifie de justesse, et ce sont donc Sébastien et Ambroise qui sont envoyés en dernière chance. Comme dirait l'autre, c'est que de la lose.

Pour cette ultime épreuve, le thème, c'est le saumon. Alors qu'Ambroise est comme un poisson dans l'eau (qu'est-ce qu'on rigole), Sébastien sue à grosses gouttes, et épile son saumon avec autant de fougue qu'une esthéticienne sous amphètes. Sébastien sait qu'il doit oser, prendre des risques, se dépasser dans la créativité pour battre son concurrent. Du coup, il décide de faire «un saumon avec une macédoine de légumes à la mayonnaise». Ok, ravie de t'avoir connu Sébastien!

Sauf qu'en fait, au moment de l'élimination, coup de théâtre… C'est l'assiette d'Ambroise qui n'est pas retenue! Sébastien est en larmes, c'est très émouvant, et le marché du bonnet retroussé perd son plus grand ambassadeur.

À la semaine prochaine, pour la guerre des restos! S'il n'y a pas au moins TROIS blessures graves et UN énorme animal empaillé utilisé en déco, je démissionne.

Bonus

Est-ce que Hélène Darroze arrondit ses fins de mois à Footlocker?

Glenn goûte la glace aux champignons de Mickaël et Arnaud, trouve ça «bouleversant», et dit qu'il en a des frissons. En même temps c'est normal Glenn, c'est de la glace.

Newsletters

L'eau pétillante désaltère-t-elle plus que l'eau plate?

L'eau pétillante désaltère-t-elle plus que l'eau plate?

[L'Explication #72] Bulles ou pas bulles, telle est la question.

Passionné et Odette, deux exquises tables parisiennes à découvrir

Passionné et Odette, deux exquises tables parisiennes à découvrir

Au cœur de Paris, les chefs Satoshi Horiuchi et Rémi Hénaux proposent des cartes plus qu'alléchantes.

Que pouvez-vous emporter comme nourriture aux États-Unis?

Que pouvez-vous emporter comme nourriture aux États-Unis?

Faire passer de la nourriture aux douanes américaines est un défi risqué. Les douanes australiennes appliquent elles aussi une politique très stricte sur l'importation alimentaire.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio