Boire & manger

«Top Chef» saison 13, épisode 4: une histoire de câpres et de regrets

Temps de lecture : 8 min

Cette semaine, du hareng aromatisé au cigare, et un voyage au pays des aliments mégenrés.

«Le bacon vient caresser, vient saluer. Pas forcément… écraser»: on se croirait à un open mic de slam sur le bacon. | Capture d'écran via 6play
«Le bacon vient caresser, vient saluer. Pas forcément… écraser»: on se croirait à un open mic de slam sur le bacon. | Capture d'écran via 6play

Il y a des associations qui fonctionnent bien. Zendaya et Tom Holland. Le pain et le fromage. Les Restos du Cœur. Et puis il y a les associations de «Top Chef»: du hareng au cigare. Du melon et des câpres. Des fruits de mer et des fruits rouges. Ou encore, je répète, du hareng au cigare.

Cinq minutes après le début de cette émission, l'expression «gel d'eau de bacon» est prononcée... Pourquoi est-ce qu'on choisit de souffrir comme ça tous les mercredis soir? Pourquoi est-ce que «Top Chef» ne peut pas nous faire une petite épreuve SYMPA, de type moelleux au chocolat, pizza margherita, croque-monsieur? On doit déjà se taper une pandémie et une potentielle troisième guerre mondiale, on mérite quand même mieux que du hareng au cigare et du gel d'eau de bacon, non? Mais cet épisode était un visionnage essentiel, ne serait-ce que pour la confrontation Alexandre Mazzia-Lucie qu'on nous promet depuis le premier épisode.

Première épreuve

Eh oui, la première épreuve est lancée par le légendaire Alexandre Mazzia, plus connu dans l'industrie de la gastronomie comme le monsieur qui fait de l'anguille au chocolat. L'objectif cette semaine: faire un dessert avec deux produits qui n'iraient normalement pas ensemble.

Eric Zemmour quand on lui dit que les femmes ont des droits.

Tout de suite, ça commence mal. Les Etchebestos (Sébastien, Pascal et Mickaël), tombent sur un mariage encore plus flippant que celui de Joffrey Baratheon et Sansa Stark: du melon et des câpres. Leur dessert consistera à faire du granité melon-câpres, une poêlée melon-câpres, un carpaccio melon-câpres… Bref en gros ils vont mélanger du melon et des câpres.

Mais le problème n'est pas vraiment là. Le problème, c'est le massacre linguistique sans précédent qui s'amorce. C'est la disparition du bon sens, le mépris de la codification alimentaire que «Top Chef» s'apprête à déployer: pourquoi tout le monde dit «LE câpre»? «Avec DU câpre»? «Des câpres frits»? Depuis quand c'est masculin, «câpre»? N'y a-t-il donc plus aucune règle?!

Philippe Etchebest, à un moment, dit «la texture du câpre». Même Alexandre Mazzia dit «le câpre». Je hurle tellement devant ma télé qu'on dirait un supporter de foot anglais. J'ai l'impression d'être dans une caméra cachée. Dans une dystopie infernale. The Truman Show, mais avec des câpres. C'est comme Alice au pays des merveilles, sauf que c'est Anaïs au pays des aliments mégenrés. À la rigueur, faites comme tout le monde, ne prenez pas de risque et dites «les câpres»! Ça sert à ça aussi, le pluriel! Mais pas «le câpre», par pitié. Où va-t-on sinon? Quand est-ce que ça va s'arrêter? LE tomate? LA citron? Soyons sérieux.

Comme si ça ne suffisait pas, Sébastien décide de faire une pâte de fruit au melon, également connue comme le goûter dont absolument personne ne voulait en CE1. Le tout ponctué d'un «c'est que du bonheur». Rester calme. Rester calme. Rester calme…

Le Covid quand il s'est fait éclipser de l'actualité.

Mais sérieusement. Y a personne de la prod qui s'est dit que ça serait bien de leur souffler «par contre les mecs, on dit UNE câpre»? Comment vous avez fait pour ne pas vous arracher les cheveux ou vous crever les tympans de rage pendant le tournage? Plus tard, pendant la dégustation, alors que je pensais que le pire était derrière nous, Alexandre Mazzia redira… «le câpre». C'est UNE câpre. UNE câpre. ****UNE**** CÂPRE. UUUUUUUUUUUNE CÂPRE BORDEL. Excusez-moi, la semaine a été difficile.

Heureusement, on passe à la brigade orange (Elis, Arnaud et Lucie), et ENFIN, on va pouvoir assister au règlement de comptes entre Lucie et Alexandre Mazzia. Pour rappel, l'origin story de Lucie, c'est qu'après avoir bossé avec Alexandre Mazzia il y a quelques années, elle a refusé un poste chez lui, et c'est son plus grand traumatisme. Rongée par la douleur, elle a voulu faire «Top Chef» en espérant le croiser et s'expliquer avec lui. C'est à peu près comme ça que commence Crazy Ex Girlfriend.

Macron qui téléphone à Poutine.

Immédiatement, Lucie fait de cette épreuve une mission personnelle qui ne doit surtout pas échouer, tandis qu'Arnaud réagit de manière hilarante: «Lucie est dans un état de transe», «on perd un temps de gueux». La candidate est tellement intense qu'elle est sans doute à un dix-huit sur l'échelle de Richter. Je ne sais vraiment pas ce qui est le plus épuisant entre ça et «LE câpre», mais au moins, on s'amuse beaucoup. Ah oui et sinon leur dessert c'est moutarde myrtilles et chocolat blanc.

La brigade des casquettes (Ambroise, Logan et Lilian), elle, tombe sur une association pas si folle que ça: banane-avocat. C'est pas la base de genre deux smoothies sur trois? Certes, ce sont deux ingrédients très gras, mais tu mets du jus de citron et puis c'est bon, c'est frais. Hop. Guacamole à la banane. Problème résolu. Embauchez-moi.

Enfin, il nous reste les cool kids (Wilfried, Louise et Thibaut), ceux qui sont toujours «sereins» et persuadés qu'ils vont gagner. Eux, c'est ceux qui jouaient dans un groupe de rock au lycée et qui fumaient des clopes au fond de la cour de récré. Ceux qui avaient une grande maison, des jeans slim avant tout le monde, et une vie romantique active à l'âge de 17 ans. Comment ça se passe cette semaine les cool kids?

Les dinosaures juste avant que la météorite débarque.

Les candidats rouges tombent sur un mélange chocolat-bacon, assez facile aussi, puisque le bacon, ça va avec tout. Et puis, les milkshakes au chocolat et au bacon existent depuis la nuit des temps, donc c'est pas SI fou non plus comme association. En tout cas, leur dessert a l'air bon, et de manière très surprenante, ils «y croient». «Ça va le faire. Pas d'inquiétude», nous dit Wilfried.

La dégustation d'Alexandre Mazzia démarre, avec le dessert chocolat-bacon justement. «Le bacon vient caresser, vient saluer. Pas forcément… écraser»: on se croirait à un open mic de slam sur le bacon. Selon le chef, le dessert de la brigade rouge est «superbe». Les cool kids sont aux anges.

Février 2020 VS février 2022.

Mais attention: le dessert avocat-banane est «top», et «superbe» également. Le dessert myrtille-moutarde, lui aussi, est «top», «difficile de faire mieux». Quant au dessert câpres-melon, il est «bon» et «fort». Tout est bon, tout est top. Enfin presque, puisque Alexandre Mazzia dit «le câpre». Envie de me jeter dans une baignoire d'acide.

Place au classement, et là, cette soirée déjà fort divertissante ne fait que s'améliorer: Thibaut, Wilfried et Louise, qui étaient très «sereins», arrivent encore une fois derniers. HAHAHAHAHA. Lucie, qui «joue sa vie» et espérait impressionner Mazzia, arrive avant-dernière. HAHAHAHAHAHAHAHA. Les bananes-avocats-casquettes arrivent deuxièmes, et en haut du podium, c'est la team melon-câpre, qui malgré ses crimes contre la langue française, mérite complètement sa première place: c'était l'association la plus dure.

Mais ce n'est pas fini: une fois l'épreuve terminée, Lucie attire enfin l'attention du chef Mazzia. S'ensuit l'interaction tant attendue, où Lucie fond en larmes, parle à mille à l'heure et demande à Alexandre Mazzia de la pardonner, tandis que Mazzia semble se demander qui est cette ancienne stagiaire.

La bise qui essaie de faire son retour en 2022.

Après coup, Mazzia réagit: «On est ému de voir que la personne en face de vous mette autant d'émotion à vous retrouver. [...] Mais le principal c'est qu'elle puisse, elle, s'épanouir dans euh, ce qu'elle veut faire». Et c'est comme ça que Lucie est devenue le Joker.

Deuxième épreuve

Pour nous remettre de nos émotions, l'émission nous a concocté une deuxième épreuve autour de La Reine des neiges, à base de lumière bleue féérique et de gros blocs de glace qui fondent par terre. Elle sera jugée par le chef Aduriz, qui n'a toujours pas de riz, mais qui, l'année dernière, voulait nous faire manger du savon, et à qui on a essayé de faire manger une cuvette sale. 2021, c'était quand même une année compliquée hein.

Pour sa démonstration, le chef nous explique qu'«il y a des glaces froides, et il y a des glaces très froides». Ok, jusqu'ici tout va bien. Puis, il moule un mini plug en sucre dans de la glace? Ce dessert composé simplement de sucre, de lait et de glace, mais qui prend visiblement vingt-cinq heures de réalisation, est le produit d'un homme qui a vraiment beaucoup trop de temps à perdre. Moi j'ai tellement de taf que j'ai pas le temps de me laver les cheveux, mais lui, il fabrique des mini vases en sucre pour y verser du lait qu'il a fabriqué à partir de pignons de pin. On ne doit vraiment pas avoir les mêmes agendas.

Pour cette épreuve, les brigades sont séparées en deux, et Elis et Arnaud, Tempête et Pépère, sont de nouveau en duo, et préparent de la glace au maquereau... Mais ce n'est rien à côté du pire mélange de la soirée. Logan et Ambroise, eux, décident de faire du parmesan de poisson (?), et d'infuser un cigare dans du lait (??). J'en peux plus de cette émission.

Les associations chelou c'était l'épreuve d'avant, les mecs, suivez un peu. Du hareng au chocolat, au whisky et au CIGARE? On est dans «Top Chef» ou dans les intestins de Fidel Castro, là? En plus, je tourne la tête cinq minutes, et quand je reviens, Logan s'est transformé en Zénon la fille du XXIe siècle.

Ils ont changé Walter White et Jesse Pinkman.

Comme si c'était déjà pas assez compliqué, ils mettent une arête de poisson entière sur leur glace au chocolat. POURQUOI. Résultat des courses, leur dessert ressemble à un vieux cendar avec des arêtes dedans. On pensait que la cuvette d'Arnaud ne pouvait pas être battue, mais décidément, le chef Aduriz a un don pour faire ressortir les pires instincts chez les candidats.

Heureusement, on peut toujours compter sur Lilian qui, lui, va nous faire une sucette de langoustine. Ça a l'air simple, bon, et y a pas de cigare dedans. Merci Lilian. Enfin, Lucie, qui a «un poids en moins sur les épaules» depuis qu'elle a verbalement pilonné Alexandre Mazzia, part confiante sur un dessert à la figue.

Et c'est finalement Lilian qui remporte l'épreuve!

Dernière chance

On arrive enfin à la dernière chance, dont le thème porte sur «les fruits rouges en salé». Je vous jure, s'ils finissent par nous sortir une épreuve «pâtes carbo sucrées» ou «dessert au boudin noir», j'arrête de payer ma redevance.

Les trois candidats sur la sellette sont Lucie, Logan et Wilfried. Lucie fait un tartare aux algues, aux huîtres et aux groseilles, qui a l'air dégueu. Wilfried, lui, c'est le nouveau David: s'il dit pas cinq fois par seconde qu'il a fait des voyages, il meurt. Cela dit, son leche de tigre aux framboises a l'air bon.

Enfin, Logan ne met que des fruits crus dans son assiette, avec une petite vinaigrette… Logan, ça sent pas bon pour toi. À la dernière minute, il se dit qu'il manque un truc… et rajoute du foie gras?? Alors en temps normal, je dirais que oui, il manque toujours du foie gras. Mais là c'est pas le thème du tout Logan!

Sans grande surprise, c'est donc Logan qui est éliminé, même si le plat sans équilibre de Lucie n'est sans doute pas passé loin. C'est de la belge-phobie. Adieu Logan, tu étais un merveilleux petit rayon de soleil dans cette émission et tu vas beaucoup nous manquer.

Bonus

Les white walkers à l'apéro:

Cette banane aurait pu être castée dans Sexe intentions (les vrais savent):

Glenn Viel traumatisé par l’avion de Paul Pairet: t’inquiète Glenn on est tous passés par là.

Stéphane de nouveau en col roulé blanc. Merci au département des costumes.

Newsletters

Encore faim? Cinq autres restaurants parisiens ouverts en août

Encore faim? Cinq autres restaurants parisiens ouverts en août

Le George, La Truffière, Le Comptoir des Fables, L'Ambassade d'Auvergne, Les Saisons: vous reprendrez bien un peu de gastronomie, de délicatesse et de convivialité.

Tout ce que vous pensiez savoir sur l'origine de la crème glacée est faux

Tout ce que vous pensiez savoir sur l'origine de la crème glacée est faux

Où l'on découvre la sublime étymologie du mot «sorbet».

Cinq restaurants pour savourer la vie parisienne au mois d'août

Cinq restaurants pour savourer la vie parisienne au mois d'août

Nolinski, Maison Cluny, Anona, Brigitte, Le Bon Georges: des tables conviviales aux cartes respectueuses des saisons et aux chefs brillants (et parfois surprenants).

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio