Boire & manger

«Top Chef» saison 13, épisode 10: irrézistible

Temps de lecture : 6 min

Enfin un excellent épisode avec de l'émotion, des disparitions, des réapparitions… et des patates.

Louise, choquée mais pas déçue. | Capture d'écran via 6play
Louise, choquée mais pas déçue. | Capture d'écran via 6play

La semaine dernière, Hélène Darroze a disparu de la circulation sans crier gare. Entre elle et Lilian, «Top Chef» cette année c'est un peu The Leftovers. Moi, ma théorie du complot, c'est que Lilian est parti parce qu'il n'avait plus assez de gel pour faire tenir ses cheveux à la verticale. Mais du coup, c'est Pascal Barbot (le chef du riz) qui remplace Hélène Darroze, jusqu'à son retour à une date encore indéterminée.

Quand tu arrives toute fraîche et qu’on te dit «Oh ça va? T’as l’air fatiguée un peu.»

Première épreuve

«Ce soir» annonce Stéphane, «les candidats vont s'affronter… autour d'un produit EXTRÊMEMENT SIMPLE et que TOUT LE MONDE CUISINE AU QUOTIDIEN.» Merci M6. Ils ont lu les récaps de Slate.fr, c'est sûr. Ou alors, ils ont senti que la nation était un peu tendue, et qu'il fallait essayer de nous rassembler autour de choses bonnes et simples, comme la patate.

La France le dimanche 24 avril à 19h59.

Cette première épreuve rendra donc hommage à la pomme de terre, et sera jugée par Heston Blumenthal, le Bond villain du monde gastronomique, que Paul Pairet compare à un «croisement entre Einstein et Nietzsche», et qui selon Stéphane, «a inventé il y a quelques années LA cuisson parfaite pour faire cuire les frites». Oula, tu vas déclencher une guerre avec la Belgique toi.

Les candidats et leurs chefs commencent donc à goûter les frites de Heston Blumenthal, et se mettent à les analyser très sérieusement comme s'il s'agissait d'un Caravage. «Il y a ce côté frit à l'extérieur, et c'est de la purée à l'intérieur, donc il y a ce contraste dans les textures»: euh les gars, c'est des frites, pas un traité de Spinoza (eh ouais Paul Pairet, moi aussi j'ai fait un bac L).

On apprend finalement que le secret de Blumenthal, c'est qu'avant de frire ses frites, il les cuit à l'eau. «C'est simple. Mais ça ne l'est pas.» Comme la vie de célibataire.

La patate, ça parle forcément à Mickaël et Pascal, nos deux gars 100% Chasse et Pêche Magazine. Après s'être tapés tous ces chefs espagnols farfelus qui faisaient de la lumière comestible, on sent qu'ils sont soulagés de pouvoir enfin sublimer un produit simple comme la patate. D'ailleurs, Philippe Etchebest attend beaucoup d'eux.

Moi à mes droits reproductifs.

Mais les candidats ne sont «pas au bout de leurs surprises», annonce Stéphane devant une assemblée intriguée –mais pas nous, parce que nous on a regardé «Top Chef» la semaine dernière et on sait que deux candidats vont revenir: Thibaut et Lilian. D'ailleurs, team Lilian direct (désolée Thibaut).

Thibaut, qui en fait des caisses en coulisses, et se croit dans Gladiator alors qu'il s'apprête littéralement à aller cuire des patates.

Mélenchon dans son salon le soir du débat.

Mais le challenger de l'épreuve, c'est clairement Lilian, le vrai fou furieux de cette émission. Ce que le mec nous fait, c'est pas un plat, c'est un théorème de pommes de terre, avec une recette du futur à base de sphérification de patates. «C'est un souvenir de ma maman», nous explique-t-il. On sent que la mère de Lilian, à 3 ans et demi elle lui servait déjà des soufflés à la langoustine et des sabayons à l'azote liquide. Inquiet, Pascal Barbot lui demande: «Mais c'est une technique que tu maîtrises?» Lilian, d'un air distrait: «Ouais, ouais.» L'évidence: il faut vraiment que ce champion revienne dans le concours.

Chez Lucie et Arnaud, c'est la discorde. Lucie qui, à chaque fois qu'elle explique un de ses plats, a l'air d'être en pleine décompensation.

Glenn Viel = moi quand on me parle avant 8h du matin.

La brigade part sur… un tartare de bœuf. Pas ouf dans une épreuve qui doit sublimer la patate, mais bon. Le plus gros problème, c'est que Lucie commence à bouder et faire un caprice de star. «Je vois pas comment je vais pouvoir donner de l'émotion alors que ça me parle pas.» Meuf, on te demande de faire un tartare, pas de chanter Carmen.

Quand Arnaud lui dit qu'il faudrait surtout se dépêcher, Lucie lui assène un «Par contre doucement mon chéri» bien sec et condescendant. Mais heureusement, Glenn le grand frère intervient, et les aide (un peu) à se recentrer. Lucie, qui a vraiment été inspirée par l'épreuve anti-gaspillage de la semaine dernière, décide de vider des pommes de terre pour servir leur recette à l'intérieur. Ça a l'air très bon, mais on sent déjà que l'équipe est condamnée.

La dégustation commence enfin, et Lilian semble soucieux: «J'espère que personne d'autre n'a fait de sphérification». Lui c'est vraiment le mec qui dit «J'ai raté le contrôle» alors qu'il va avoir 19. Thibaut répète au moins 68 milliards de fois qu'il est hyper fier de ses pommes soufflées et que ça va vraiment impressionner Heston Blumenthal, alors que je veux pas dire, mais Lilian il a carrément fait de la physique nucléaire de pomme de terre.

Et sans surprise, c'est Lilian qui remporte l'épreuve! Ouaiiiis! Immédiatement, le directeur d'hypermarché choisit de retourner dans la brigade de Paul Pairet. Comme quoi parfois, y a un tout petit peu de justice dans ce monde.

La deuxième brigade gagnante, c'est évidemment Franchouillard et Franchouillet, Pascal et Mickaël, qui sont donc sains et saufs pour la semaine prochaine.

Deuxième épreuve

Grosse pression pour cette deuxième épreuve, puisqu'elle est éliminatoire: il n'y aura pas de dernière chance. Les candidats vont devoir concourir sans couleurs, et à l'issue d'une dégustation à l'aveugle, les brigades seront donc probablement reconstituées.

Quand Macron a dit à Le Pen «Moi j'ai lu la Constitution française.»

L'épreuve sera jugée par le sympathique Gilles Goujon, et portera sur les agrumes. Merci «Top Chef» de revenir aux choses simples, et aussi d'occasionner le retour du ziste. On va tenter de rézister aux jeux de mots, mais ça va être dur. Désolée. C'est zystématique.

Sur le thème des agrumes, deux visions s'opposent. D'un côté, il y a les candidats normaux, comme Sébastien qui fait une jolie salade de pamplemousse, ou Louise qui fait un dessert aux agrumes et au piment. Et puis il y a les tarés, ou pourrait-on dire, les zistériques, comme Wilfried qui décide de faire du chou romanesco (logique), Lucie qui va faire des huîtres cuites dans un pamplemousse, ou Thibaut, qui nous fait du poisson avec une purée d'oranges.

«Top Chef»: le thème c'est les agrumes

Thibaut:

Malheureusement, il n'a pas intitulé son plat «Rien que pour le zeste, sans vouloir le reste».

Le plus conventionnel du lot, c'est Arnaud, qui a l'air en pleine crise ex-zistentielle. Le chef belge a décidé de faire une simple tartelette au citron meringuée, et lorsque Gilles Goujon lui explique qu'avec un choix aussi classique, il ne va «surprendre personne», Arnaud est abattu, puis se met à pleurer. Que quelqu'un lui fasse un câlin, nomg de diou!!

Moi quand on me dit qu'il n'y a plus de dessert du jour.

La dégustation arrive, et on sent que ça va sans doute se jouer entre Arnaud et Lucie: la brigade Viel est en dépression. Les chefs sont amenés à dire quel plat ils ont choisi, pour réintégrer des candidats à leur brigade. Pascal Barbot sélectionne sans le savoir l'assiette de Louise, qui reste donc chez les rouges.

Pairet et Viel ont fait le même choix, et ont tous les deux sélectionné l'assiette de Wilfried, qui décide de rester avec Paul Pairet. Puis Sébastien rejoint la brigade de Glenn Viel: le candidat change d'allégeance encore plus souvent que Manuel Valls, mais reste plus euphorique que jamais: «ALLEZ À FOND ON CONTINUE!» Rien qu'avec la sérotonine de Sébastien, on pourrait sans doute guérir toutes les dépressions du monde.

Pour finir, Gilles Goujon va déguster les trois assiettes restantes, et décider qui sera éliminé. Comme dirait Emmanuel Macron, «aïe aïe aïe». Le dernier candidat sélectionné deviendra candidat solitaire, et on sent le stress post-traumatique d'Arnaud se réveiller. Heureusement, Gilles Goujon est un amour, et accorde la première place à Arnaud, qui choisit de réintégrer la brigade de Glenn Viel. Pfiou! Ça se joue donc entre Lucie et Thibaut, et c'est finalement Thibaut qui est qualifié.

La semaine prochaine, encore un épisode qui s'annonce prometteur, avec en première épreuve, LA RAVIOLE, et en deuxième épreuve LA BOÎTE NOIRE. ENFIN.

Bonus

Alors que revoilà le foin: ça faisait longtemps, tiens.

À chaque fois que Paul Pairet dit «pataquès» le PIB augmente de 3%.

Thibaut «voilà, toujours là» comme Renaud et le FN.

La pauvre Hélène Darroze, elle est pas là et ils se foutent de sa gueule. Ceci est précisément la raison pour laquelle je ne rate jamais aucune soirée.

Pourquoi Thibaut a toujours l'air de s'apprêter à manger notre grand-mère?

Pascal Barbot a l'air TROP GENTIL. Voilà c'est tout.

«Top Chef» 2022, les récaps en GIF et en acceng du Sud
«Top Chef» saison 13, épisode 9: Mamma Mia!

Épisode 9

«Top Chef» saison 13, épisode 9: Mamma Mia!

«Top Chef» saison 13, épisode 11: l'avènement de Glenn Viel

Épisode 11

«Top Chef» saison 13, épisode 11: l'avènement de Glenn Viel

Newsletters

Par quoi remplacer la moutarde en temps de pénurie?

Par quoi remplacer la moutarde en temps de pénurie?

En cette période qui pourrait bien durer, autant trouver des solutions de substitution satisfaisantes.

Six adresses de bistrots testées par Gilles Pudlowski, un gourmet au palais sûr

Six adresses de bistrots testées par Gilles Pudlowski, un gourmet au palais sûr

Et deux restaurants de qualité, pour une tournée parisienne bistronomique.

Le Paris 16 et le Benoit, des bistrots qui font voyager dans le temps

Le Paris 16 et le Benoit, des bistrots qui font voyager dans le temps

L'adresse du cossu XVIe arrondissement mise sur la simplicité et la justesse. Et aux fourneaux de l'un des derniers vrais bistrots de Paris, la cheffe Kelly Jolivet revisite les classiques avec doigté.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio