Boire & manger

«Top Chef» saison 12, épisode 5: le récap en GIF et en acceng du Sud

Temps de lecture : 8 min

Cette semaine, pas de moisissure en savon, pas de caca en chocolat, juste du beaufort et du comté.

Les brigades ont été mélangées, ce qui permet d'explorer de nouvelles dynamiques inédites entre les candidat·es. | Capture d'écran via M6
Les brigades ont été mélangées, ce qui permet d'explorer de nouvelles dynamiques inédites entre les candidat·es. | Capture d'écran via M6

Après des semaines d'épreuves culinaires de plus en plus douteuses, «Top Chef» a enfin trouvé comment nous faire plaisir: cette semaine, c'est fromage, magret et foie gras. C'est parti.

Première épreuve

Pour commencer, on a droit à la fameuse épreuve «qui peut battre Philippe Etchebest»… Mais cette fois-ci, avec un featuring exclusif de Paul Pairet!!! Une perspective très excitante, parce que Philippe Etchebest et Paul Pairet, c'est l'alliance de l'ordre et du chaos. L'art et la technique. La casquette et la boule à zéro. L'harmonie parfaite, quoi. Pour l'occasion, on va les renommer Pairetchebest. Ou Paulippe, mais c'est vachement moins appétissant.

La cerise sur le gâteau, c'est que Paul Pairet n'a l'air absolument pas convaincu par le travail d'équipe: «Mettre deux cerveaux dans une assiette, je pense que c'est très difficile.» Oui et puis ça doit pas être très bon, en plus. Coup de grâce: «... surtout quand c'est un demi-cerveau avec Philippe.» Ok, Philippe est officiellement devenu le bizuth de la saison 12.

Mes névroses tous les matins quand je me réveille.

Stéphane annonce que le thème de l'épreuve, «c'est le… fromage». MERCI «TOP CHEF». C'est tout ce qu'on veut en fait. Pas de moisissure en savon, pas de caca en chocolat, juste du beaufort et du comté.

En plus, ils ont mélangé les brigades, ce qui permet d'explorer de nouvelles dynamiques inédites entre les candidat·es. C'est un peu comme la première fois que Captain America rencontre Hulk, quoi.

La première «brigade» recomposée est constituée de Thomas et Sarah. Thomas, c'est le Van Gogh du persil, le Basquiat du potage, le Donatello de la joue de bœuf. Et Sarah, c'est le syndrome de l'imposteur personnifié –mais on espère que sa victoire en dernière chance la semaine dernière va enfin lui donner le regain de confiance dont elle a besoin. Dans tous les cas, leur millefeuille de beaufort et de champignons a l'air orgasmique.

Chez Baptiste et Mohamed, que Baptiste surnomme désormais «Momo», on part sur «une version 2.0 de la pizza quatre fromages».

À côté, Matthias et Chloé forment une équipe un peu mal assortie, et décident de partir sur le comté, pour des raisons assez limpides. Comme l'explique Matthias: «Moi je suis franc-comtois, et Chloé… elle aime bien le comté aussi.»

Matthias veut faire des tuiles de fromage, mais Chloé n'est pas convaincue, parce qu'elle trouve ça «un peu grossier». Si la meuf qui fait des plats en forme de bouse à toutes les épreuves te dit ça, c'est que t'es vraiment mal barré.

En parlant de tandems un peu mal assortis, Pauline se retrouve avec Arnaud, dont l'éloquence atteint de nouveaux sommets dans cet épisode:

Limpide, merci Arnaud.

Leur duo ne devrait absolument pas fonctionner, mais comme le foie gras et la confiture de figues, «Nono et Pops» s'équilibrent parfaitement bien. C'est moi ou l'énergie très bro d'Arnaud devient de plus en plus charmante?

On termine avec une équipe de choupis absolus, Bruno et Charline, qui sont les seuls à choisir des fromages (un peu) moins basiques que le comté et le parmesan: le gouda et la mimolette.

Bruno a une idée a priori brillante: créer une sorte de siphon à la mimolette, qui devra tenir un peu comme une panacotta. Sauf que le premier essai est catastrophique, et que Charline semble bien partie pour devenir la femme la plus jeune de l'histoire à faire un infarctus.

Nos espoirs pour 2021.

Malgré toute la pression, Bruno reste serein. Il demande à Charline: «Tu me fais confiance?», ce à quoi Charline répond: «Non.» Merveilleux. On a un peu du mal à y croire aussi, mais finalement ça fonctionne!! Balèze.

Mais le plus divertissant dans cette épreuve, évidemment, c'est le duo inédit Pairetchebest. Leur plat, un soufflé au beaufort accompagné d'un voile de gelée de pomme, a l'air complètement ouf. Le seul problème, c'est que Paul est en MÉGASTRESS. Au bord de la syncope, il n'arrive pas à faire fonctionner sa balance, et s'indigne que «y a rien qui fonctionne comme je veux», un peu comme quand mon père essaie de lire un SMS. C'est à la fois génial, très mignon, et beaucoup trop stressant de voir un si grand chef perdre tous ses repères. Ça le rend plus humain, et ça change de la bravade un peu forcée d'Etchebest.

Philippe, lui, a tellement l'habitude de mettre la pression à tout le monde qu'il ne sait même pas comment encourager ou aider Pairet. À la place, il le stresse encore plus, à grands coups de «t'en es où Paul? T'es sûr que c'est bon, Paul? Paul!!!! Ça va tes soufflés Paul??????». Jouer au Pictionary avec ce mec doit être épuisant.

Quand on t'invite au huitième call Zoom de la journée.

Plus l'épreuve avance, plus les deux chefs ont l'air en difficulté. Paul Pairet est catatonique. Etchebest évoque les heures les plus sombres de la France et nous dit que «là c'est l'état d'urgence» –euh non, sans-façons. «Ne jamais montrer qu'on n'est pas bien», dit-il avec le regard vide, essuyant les litres de sueur qui lui coulent du front.

Arrive le moment du dressage, et la tension est à son comble: les mains des chefs tremblent, le voile de gelée de pomme se casse la gueule dans toutes les assiettes, la France retient son souffle et on sent que Pairet est à deux doigts de se rouler en boule sous son plan de travail. Stéphane, lui, se DÉLECTE de les voir galérer, ce petit coquin.

C'est le moment de la dégustation, et les enjeux sont élevés; si une équipe arrive à battre Pairetchebest, elle se qualifiera pour la semaine d'après. Imaginez, ils arrivent derniers: ce serait hilarant. Pas de deuxième épreuve. Tout le monde rentre chez soi, à la semaine prochaine, bon week-end.

Mais heureusement pour eux et pour nous, les Paullipe ne finissent pas derniers, mais deuxièmes ex-aequo avec Charline et Bruno. Et en première place, c'est Sarah et le Michel-Ange des carottes qui l'emportent. Paul Pairet frôle le hara-kiri.

Quand un an après le début de la pandémie, tu vois encore des gens qui mettent leur masque sous le nez.

Ça fait surtout très plaisir pour Sarah et Charline, qui prennent leur revanche sur les semaines précédentes et prouvent qu'elles peuvent être de vraies menaces. Allez les meufs!!!!!!!

Deuxième épreuve

Pour compenser après tout ce fromage, la deuxième épreuve pilotée par le grand Guy Savoy s'annonce plus diététique: il va falloir... mettre en scène des plats de soupe. On a encore des sueurs froides en repensant aux «mises en scène» de l'année dernière, entre le flambadou d'Adrien et le chevreuil rôti anti-déforestation de David.

En tout cas, une chose est sûre: on n'a jamais vu quelqu'un d'aussi passionné par la soupe que Guy Savoy. C'est limite s'il ne nous nous fait pas des alexandrins exaltés sur le pouvoir lyrique du potage.

Quand tu essaies de distinguer qui est beau gosse sous son masque.

Matthias, de retour avec Charline, propose une soupe de foie gras, curry et lait de coco, l'occasion de réaliser que Matthias prononce coco «keukeu». C'est très perturbant.

Chez Arnaud et Bruno, ce sera aussi soupe au foie gras et bouillon de canard. On valide. Surtout qu'Arnaud, qui se met désormais à susurrer des mots doux à Bruno, révèle encore de nouvelles couches de complexité et déconstruit son propre personnage.

Ok Arnaud, t'as gagné. Nous aussi on t'aime.

Bruno, quant à lui, se propose pour faire la démonstration devant Guy Savoy, afin de dépasser ses peurs. J'adore cet arc narratif, mais j'ai très peur pour lui.

Momo et Chloé, heureusement, font autre chose que de la soupe au foie gras, et partent sur un velouté de maïs aux Saint-Jacques. Baptiste, de son côté, est juste content d'être là: «Moi je suis content de faire une soupe. Je suis content d'être avec Pauline.» Bah écoute super. Le candidat continue de s'extasier sur Pauline et de faire fondre nos petits cœurs coulangs: «Popo c'est mon binôme de rêve, je l'échangerais contre personne.» On n'avait pas vu de duo aussi chou depuis Groot et Rocket, il faut les protéger à tout prix. Malheureusement, leur assiette de pomme de terre remplie de soupe n'a vraiment pas l'air au niveau comparée aux autres plats, et comme pour se donner la poisse, Baptiste assure que s'ils perdent, il se portera volontaire pour aller en dernière chance.

Dégustation

La dégustation démarre, et le pauvre Guy Savoy, qui était juste venu ici pour manger de la soupe, est soumis aux pires épreuves. D'abord, Matthias arrive avec une perceuse à la main, et Guy Savoy a l'air terrifié. Ensuite, Baptiste se ramène avec un chalumeau, et dans une séquence qui mettrait Hitchcock en PLS, manque de renverser sa patate tellement ses mains tremblent.

Quand tu réalises à 17h53 que tu n’as plus de PQ.

Bruno, lui aussi, est en détresse totale. Son infusion de jus de canard ne fonctionne pas du tout, et même Saint Stéphane finit par s'impatienter, lui disant qu'«il va falloir trouver une solution». Après avoir goûté, Guy Savoy dit que «c'est bon, mais c'est pas très bon». C'est juste tragique.

Finalement, Momo arrive avec ses œufs pleins de soupe, sans doute la réalisation la plus impressionnante du lot. Guy Savoy se dit «séduit», mais à l'arrivée, c'est Charline et Matthias qui remportent l'épreuve avec leur soupe à la perceuse. Bravo Charline!! Et Matthias I guess.

Dernière chance

La dernière chance débute, et comme promis, Baptiste se désigne immédiatement pour représenter sa brigade et risquer sa place dans le concours. C'est tout à son honneur, mais il a pas intérêt à perdre. Hélène envoie Chloé, et Michel envoie Bruno. Quelle que soit l'issue, on sait qu'elle sera triste. Pendant ce temps-là, Matthias est bien au chaud jusqu'à la semaine prochaine: y a vraiment pas de justice.

Le thème de cette dernière épreuve? Le MAGRET. Qu'est-ce qu'on a fait pour mériter un si bon karma?

Ça commence mal pour Baptiste, qui dit qu'il cuisine rarement du magret «parce que c'est gras». Et?

Le candidat décide de faire un «magret le plus allégé possible», et répète que le magret c'est «grassouillet et lourd». Mec, si tu continues à insulter le magret comme ça on va plus s'entendre.

Chloé, elle, adopte la stratégie inverse, avec un magret farci au foie gras et aux champignons MIAM. Enfin un peu de bon sens.

Enfin, Bruno part sur un magret rôti aux épices et purée de carottes... Ça a l'air un peu trop traditionnel, mais bon.

Dès la dégustation, on comprend que Baptiste est sauvé, puisque son plat récolte un coup de cœur de presque tous les chefs. Le candidat est ravi: «Ça m'hérisse le peu de cheveux qu'il me reste.» Chloé est également sauvée, et c'est notre choupi Bruno qui doit quitter l'aventure. Michel, qui nous rappelle pourquoi on l'aime tant, regarde Bruno droit dans les yeux et lui dit: «Je crois en toi. Existe.» Je ne suis pas du tout en train de pleurer.

En vrac

Pairetchebest ont vraiment appelé leur plat «le beau et le fort». Quels losers.

Pendant la dégustation de la première épreuve, Baptiste dit qu'il trouve l'assiette de Bruno et Charline «magnifique», quel amour sérieusement.

La semaine dernière c'est Pierre qui est parti, il faisait partie des frontrunners, donc on a du mal à ne pas le voir revenir à un moment.

«Chalumotage», n.m.: utiliser un chalumeau pour brûler un ingrédient. Exemple: «Je chalumote» mes poireaux.

Matthias qui se vante d'être trop un dur parce qu'il mange du comté vingt-quatre mois, c'est comme se vanter d'avoir une Twingo dans Fast & Furious.

«Tout repose sur ses épaules, Paul.» Enfin une blague pour les accengs du Sud Ouest.

Les gens qui disent «scar-mozza» au lieu de scamorza, c'est comme les gens qui disent BABINTON ou RUDBY. Il faut les éliminer.

Pairet: «Acceptable ne fait pas partie de mon vocabulaire culinaire» oui tu sais on dit tous ça, et puis un jour on se retrouve à écrire des recaps «Top Chef».

«La soupe, c'est une liberté totale.» Guy Savoy

J'espère que vous avez bien profité de ce répit fromage-magret, parce que la semaine prochaine, c'est grain de riz.

Newsletters

La cuisine des chefs étoilés à la maison

La cuisine des chefs étoilés à la maison

Soixante-huit portraits et recettes des meilleures toques de France figurent au sommaire de ce livre signé Véronique André.

Quand la baguette de pain a-t-elle été inventée?

Quand la baguette de pain a-t-elle été inventée?

La réponse vous surprendra: c'était il y a très peu de temps.

Peut-on manger du porc vegan quand on est musulman?

Peut-on manger du porc vegan quand on est musulman?

Ça a l'air tellement bon.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio