Boire & manger

«Top Chef» saison 12, épisode 15: le récap en GIF et en acceng du Sud

Temps de lecture : 7 min

Cette semaine, tout le monde pleure.

Le plat moitié breton, moitié japonais de Pierre. | Capture d'écran via M6
Le plat moitié breton, moitié japonais de Pierre. | Capture d'écran via M6

Salut tout le monde! Ça y est, le déconfinement progresse, les terrasses ont rouvert et les beaux jours arrivent, mais chez M6, c'est ENCORE les quarts de finale. Heureusement, on découvre en début d'émission qu'on va voir Pierre pleurer, et ça, c'est que du bonheur.

À ce stade des quarts de finale, chaque candidat a un pass, et personne n'a l'avantage. Autrement dit, les enjeux sont très élevés, un peu comme quand on essaie de planifier notre première semaine de ciné-boutiques-musée-terrasses-finale de rugby.

Quand tu sais pas s'il va pleuvoir pour la réouverture des terrasses.

Première épreuve

La première épreuve de la soirée se disputera… sur le thème des algues, avec Lionel Giraud, chef deux étoiles qui veut que les candidats mettent l'ingrédient «au centre de l'assiette». J'en peux plus de cette formulation. Tu veux qu'ils le mettent où sinon? Sous le verre? Au fond de la cheminée?

On commence l'épreuve par Sarah, qui est très inspirée par les algues, forcément. On prie très très fort pour qu'elle soit la première à se qualifier en demi-finale, mais avant ça, c'est l'heure de la séquence émotion de la saison. Dans les vestiaires, avant l'épreuve, Sarah reçoit une lettre de sa mère, et nous dit qu'elle la voit rarement parce qu'elle vit en Allemagne… Jusqu'au moment où sa mère arrive. Excellent twist, très prévisible mais très efficace 10/10. S'ensuivent des larmes, des retrouvailles et des câlins, bref, «Top Chef» et la France sont raccord en ce moment, c'est bien.

Revenons-en à la recette de la jeune candidate, une préparation 100% végétale avec un topinambour au tarama d'algues qui a l'air hyper bonne… Sauf que Sarah fait tomber son bol de tarama et l'explose par terre, puis fait cramer approximativement 8.250 blinis. La semaine prochaine, elle va faire sauter le disjoncteur et/ou ébouillanter quelqu'un.

La France face aux selfies de Bruno Le Maire en terrasse.

Quant à Pierre, il continue de parler dans un langage que seul lui peut comprendre («je suis algue patate, je suis all fires!») et d'encourager son eau à bouillir «allez allez allez, vas-y tonton vas-y, vas-y bout, bout!». Si seulement les batteries d'iPhone étaient aussi infatigables que lui.

Enfin, on arrive au moment où le jeune chef pleure avant d'être rejoint par sa mère, et honnêtement, c'est… assez touchant?? Après l'année qu'on vient de se taper, voir les candidats embrasser leurs proches et les prendre dans leurs bras a une résonance toute particulière.

Quand je pense à ma première entrecôte-frites en terrasse.

De retour en cuisine, Pierre décide de faire un plat moitié breton, moitié japonais, et recherche «un truc à la fois iodé, algué, écrevissé». Comme d'habitude avec lui, ça a l'air très bon, même si l'intitulé «Velouté de laitue de mer» m'a instantanément filé des hauts-le-cœur.

C'est ensuite au tour de Mohamed de lire une lettre et de pleurer, et franchement on ne s'en lasse pas. QUELLE ÉMOTION cette semaine.

Quand j'ai vu la bande-annonce du prochain Fast and Furious.

Trop mignonne, sa mère s'est habillée en rouge, comme la brigade de Mohamed. Requinqué par ces retrouvailles, le candidat se lance dans un plat de pâtes (à base de haricots de mer)... On sent déjà qu'on peut lui donner rendez-vous pour la deuxième épreuve.

Enfin, on passe à Matthi… «Moi les algues, ça me parle pas spécialement.» Non mais c'est une blague? Il aime pas les bananes, il aime pas les œufs, il aime pas les algues, il aime quoi en fait à part le vin jaune? D'ailleurs, il ne lui faut pas deux secondes et demie pour embrayer: «Je viens de Franche-Comté.» Nan, jure?

Dans sa séquence émotion-retrouvailles, on découvre que Matthias a reçu une lettre tapée à l'ordinateur puis imprimée (so 2005), dans laquelle ses proches le félicitent d'avoir réussi sa carrière tout en étant franc-comtois. C'est sa seule identité, en fait. Sa struggle, son combat, c'est qu'il vient de Franche-Comté.

Mais il faut avouer que même mon cœur de pierre se ramollit un peu lorsque Philippe Etchebest annonce que le père de Matthias n'est pas venu à cause du contexte sanitaire, et qu'il va se contenter de lui parler par téléphone :(. En plus, Etchebest reste là, à lui souffler dans la nuque pendant son appel!! Pauvre Matthias.

C'est là que je me dis que les gestes barrières ont du bon, quand même.

On passe à la dégustation, qui sera regardée en direct par les chefs et les proches des candidats. Et bizarrement, les plus en stress, ce sont les chefs. Michel est hyper intense, il n'a jamais été aussi proche d'avoir un candidat gagnant et on sent qu'il joue toute sa vie. Etchebest sautille sur place et se prend pour Rocky… Paul Pairet essaie de faire un haka, et c'est gênant comme à chaque fois que quelqu'un qui n'est pas maori essaie de faire un haka (et je sais de quoi je parle, je suis toulousaine). Heureusement qu'on a Hélène Darroze pour redresser le niveau.

Les dégustations, elles, vont de mieux en mieux: Momo pas mal, Pierre très bon, Matthias «génial», Sarah «dingue»… Et c'est Sarah la première qualifiée en demi-finale!!! Un petit pass pour «Top Chef», mais un grand pass pour l'humanité. C'est peut-être la première fois que je suis heureuse de voir Paul Pairet faire l'avion.

Deuxième épreuve

La deuxième épreuve de la soirée sera jugée par l'«une des rares femmes à être doublement étoilées», Stéphanie Le Quellec –pour ceux qui ne s'en souviennent pas, c'est la gagnante de la saison 2 de «Top Chef», et plus récemment, la meuf des rougets «cuits de peur». Cette fois-ci, elle impose aux candidats une épreuve autour du petit pois. Dommage que Sarah soit déjà qualifiée, parce que cette épreuve végétale l'aurait sans doute inspirée… Non je rigole, quel bonheur de voir les trois mecs restant s'affronter pendant que Sarah chille en demi-finale.

Même Matthias commence à perdre son sang froid face à la compétition de plus en plus rude.

Nous dans l'isoloir en 2022.

Pour agrémenter ses petits pois, le jeune chef fait une crème au raifort cru (pouah). Mohamed, lui, va faire des gnocchis de petits pois, une poudre de lomo, du jus de cosses…. et de la crème citron??? Miam.

Quant à Pierre, guess what? Il fait une gelée. Ou plus précisément, une panna cotta de petits pois… agrémentée de fruit de la passion et d'une émulsion au lard fumé. Ça ne devrait pas fonctionner, ET POURTANT. Ça a l'air délicieux. Et comme il a toujours beaucoup trop d'énergie à revendre, le candidat PÈLE ses petits pois un par un… Il faudrait étudier cet homme dans un laboratoire.

Michel, qui n'a pas eu d'aussi bon candidat dans sa brigade depuis très longtemps, perd tout contrôle: «Je veux que tu me fasses chialer avec tes petits pois, que tu la fasses chialer.» Hé ho Michel, comment tu parles?

Moi à l'idée de pouvoir aller faire mes courses après 18h45.

C'est l'heure de la dégustation, et Etchebest a l'air plus stressé que tous les candidats réunis. On comprend vite que ça va se jouer entre Matthias et Pierre pour le deuxième pass et, à ce moment-là, j'ai écrit dans mes notes «il est attachiant Pierre quand même». Faites ce que vous voulez de cette information.

Finalement, c'est Matthias, le hater des aliments, qui se qualifie. Philippe Etchebest exulte tellement qu'il part hurler dans un congélateur. Qu'est-ce qu'il se passe dans cette émission? On se croirait dans l'épisode de Mad Men où tout le monde prend du speed.

Quand ton père a oublié de racheter des Cornetto pistache.

Épreuve coup de feu

Et c'est donc parti pour l'épreuve finale, ou l'épreuve coup de feu, qui est un rebranding de l'épreuve de la sellette ou de la dernière chance. Ou comme dirait Pierre, «épreuve coup de feu, trente minutes, coup de feu, mort subite, roulette russe». Ça va se jouer entre Pierre et Momo, qui n'auront qu'une demi-heure pour réaliser une bouchée unique sur le thème de la carotte. Bref, cette épreuve, c'est un film de Darren Aronofsky sous gueule de bois: c'est l'angoisse.

Pierre est «bouillant» (no shit), court partout, et va faire une gelée. On est dans Un jour sans fin ou quoi?

Pendant ce temps, Momo erre sans but dans la cuisine, complètement découragé. Abattu par l'immensité de la tâche, notre chef est en pleine déprime… jusqu'à ce qu'il sorte l'azote liquide, son nouveau meilleur ami. Pierre commence à flipper et réalise que, si ça se trouve, il va partir à cause d'un granité de carotte réalisé par Momo Frankenstein. Le candidat réagit aussitôt: «Il prend l'avantage, il faut rebondir. (...) Momo sort l'azote, et moi je sors le kumbava.» Le suspense est à son comble. C'est serré comme un Ouigo la veille d'un jour férié.

Après une dégustation très élogieuse pour les deux candidats, Stéphanie Le Quellec sélectionne finalement la bouchée de Mohamed. Wow. Je pensais vraiment que Pierre irait en finale. Bien joué Momo!

Le plus triste dans tout ça, c'est que Michel «brigade de la lose» Sarran est encore passé à côté de la victoire. Dévasté, le chef dit au-revoir à Pierre, et en bon papa sensible du Sud-Ouest, il a beaucoup de mal à retenir ses larmes.

Quand tu réalises que tu n'entendras plus jamais Pierre dire «tac tac bang bang».

C'est moi ou cet épisode aura été vraiment très très émouvant??

En vrac

Merci à «Top Chef» de m'avoir fait découvrir l'existence des strings de mer.

À chaque dégustation, la même question me hante: ce truc de poser de la nourriture sur des bols à l'envers, y a qu'à «Top Chef» qu'on voit ça, non?

Quand tu mets ton réveil à 6h30 du mat pour aller voir Tom et Jerry à la réouverture des cinés:

Newsletters

Bushmills, l’Irish whiskey qui a le goût de l’histoire

Bushmills, l’Irish whiskey qui a le goût de l’histoire

L’une des plus anciennes distilleries de whiskey encore en activité, The Old Bushmills Distillery, a traversé les siècles à hauteur d’homme et de femme, avec ses moments de gloire et ses blessures. Pour mieux le raconter dans ses bouteilles.

Selon un ex-conseiller, Trump a grossi à cause de la Maison-Blanche

Selon un ex-conseiller, Trump a grossi à cause de la Maison-Blanche

Non non, ce n'est pas la faute de son régime à base de KFC et de Big Mac.

L'art culinaire de la brasserie Le Tout-Paris et du restaurant italien Langosteria

L'art culinaire de la brasserie Le Tout-Paris et du restaurant italien Langosteria

La capitale française est bien celle de la gourmandise en Europe. La preuve par ces deux nouvelles adresses.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio