Boire & manger

«Top Chef» saison 12, épisode 1: le récap en GIF et en acceng du Sud

Temps de lecture : 13 min

Au programme cette semaine, la PUNKINE PAILLE.

À quelle sauce les candidats de cette douzième saison vont-ils être mangés? | Capture d'écran via M6
À quelle sauce les candidats de cette douzième saison vont-ils être mangés? | Capture d'écran via M6

Il y a un an, nous commencions les récaps «Top Chef» dans le monde d'avant. L'émission a été notre plus fidèle compagne pendant les mois de confinement, et quand on lui a dit au revoir, on pensait qu'en la retrouvant en 2021, le coronavirus ne serait qu'un mauvais souvenir et qu'on se dirait «Haha, tu te souviens de 2020? C'était chelou nan?» Tant d'innocence.

Alors cette année, quand on a entendu le générique retentir, on avoue qu'on a été un peu triggered. Quel nouveau cataclysme international va se produire pendant la diffusion de «Top Chef»? Une troisième guerre mondiale? Un nouveau Big Bang? Tout ça pour dire qu'on est contentes de retrouver Michel Sarran et les autres (mais surtout Michel), mais que franchement, on va avoir du mal à se détendre.

Les trucs qu'on attend:

  • des abats;
  • une catchphrase un peu plus efficace que «vamos»;
  • un nouveau one-man-show culinaire sur les incendies de Californie ou la crise climatique;
  • des trucs fumés au foin;
  • une épreuve des restaurants... un peu perturbée par la crise sanitaire, non? Ils ont dû avoir le choix pour les locaux vu le nombre de faillites MDR (en vrai, c'est pas drôle du tout).

Nos interrogations:

  • Est-ce que Michel Sarran va encore avoir la poisse avec ses candidats?
  • Est-ce qu'une des épreuves sera basée sur le confinement, genre «vous êtes enfermés pendant deux mois et vous n'avez qu'une boîte d'anchois et trois rouleaux de PQ. Go!»?

Pour ce premier épisode, les candidats sont répartis sur deux épreuves différentes: un plat sucré dans la première et un plat traditionnel revisité dans la seconde. On est surexcitées de reprendre l'émission et de retrouver la douce voix de Michel, mais le plus important pour cet épisode, c'est surtout d'analyser chaque candidat·e et décider qui seront nos préféré·es.

Allez, c'est parti! Et n'oubliez pas:

On ne le dira jamais assez.

Première épreuve

Matthias

On commence par Matthias. Un jeune chef courageux, qui n'a pas peur de prendre des risques et de jeter un pavé dans la mare quand il nous explique qu'il «assume à 200%» ses «origines franc-comtoises».

Matthias a un restaurant qui fait de la «gastronomie décomplexée», à l'opposé de la gastronomie complexée donc –vous savez, la gastronomie qui est toujours en train de dire «ce pantalon me fait pas des grosses cuisses?» ou «attends, éteins la lumière je suis pas épilée».

Le candidat est présenté comme le petit génie de cette édition, validé par François-Régis Gaudry qui nous dit qu'il a eu «tous les critiques à ses pieds». On assiste à une visite dans son resto en pleine pandémie, et on ne va pas vous mentir: quand on a vu que, comme tous les Jean-Michel qu'on croise dans le métro, Matthias et ses collègues portent le masque sous le menton, on a vrillé.

Petit tuto de rappel sur le port du masque: bien / pas bien.

Malgré toute cette hype, au moment de la dégustation, l'assiette de Matthias déçoit le jury. Mais Etchebest le repêche quand même dans sa brigade parce qu'il a oublié d'être con et qu'il connaît le potentiel du candidat.

Jarvis

Jarvis a des tatouages, une boucle d'oreille et des santiags noires, du coup les producteurs nous passent une musique de saloon suivie de «I Love rock'n'roll» parce que, vous comprenez, c'est trop un rebelle. Si ça se trouve, il écoute FIP et lit du Barbara Cartland avant d'aller se coucher, hein. On sent que «les santiags» ont le potentiel de devenir le «Adrien va aux toilettes» de cette saison: un truc complètement anodin et inintéressant transformé en un trait de caractère totalement révolutionnaire.

Jarvis a un profil hyper original pour un candidat de téléréalité: quelqu'un qui veut prendre sa revanche sur la vie parce que personne n'a jamais cru en lui. Il a quand même l'air choupi, mais les chefs ne sont pas convaincus, et il est envoyé en dernière chance.

À LIRE AUSSI Notre série de recettes Cuisiner en confinement

Baptiste

Baptiste commence direct par nous dire qu'il est «célibataire, cœur à prendre». Franchement, on approuve: les temps sont durs, on ne peut plus draguer dans les bars, alors faut saisir toutes les opportunités à sa portée.

Le candidat a l'air assez fun même s'il parle comme un chargé de com' chez McDonald's: il aime la «street food» et sa cuisine est «funky, sexy et tasty». En trois phrases, on est déjà à 50% de mots en anglais.

Nous après notre vingt-huitième test PCR négatif.

On a décidé que Baptiste serait le Joey Tribbiani de cette saison. Il sort pas mal de conneries mais il a l'air d'avoir un cœur pur et on a hâte de suivre ses aventures. Après s'être qualifié d'invincible, il perd tous ses moyens devant les chefs et leur explique: «Ma cuisine, c'est une cuisine eeeuuuh... ma cuisine, c'est une cuisine eeeeeuuuh... où ça cuisine.» Ok!

Baptiste reçoit trois oranges et un rouge des chefs, mais contre toute attente, son assiette finale est un énorme succès, et il atterrit dans la brigade de Paul Pairet.

Mohamed

On passe à Mohamed, qui a l'air très sympa (c'est peut-être notre nouvelle prescription de Xanax qui commence à faire effet, mais tout le monde a l'air sympa cette année). Sa recette, par contre, n'a pas l'air ultra aboutie: il dit qu'il veut donner l'impression qu'il a «balancé [son plat] dans l'assiette». Ça fait envie. Les chefs ne sont pas convaincus et lui collent quatre rouges.

Nous devant les «scoops» du JDD sur le Covid.

Pour rattraper son coup, il décide de faire manger des churros aux chefs sans couverts parce qu'il n'a «peur de rien». La vraie audace, ç'aurait plutôt été de faire manger des churros à qui que ce soit avec des couverts. Et pour bien finir sa présentation, il vient «comme un artiste, dessiner ce splash» dans son assiette. Le splash en question, c'est une mare de crème au caramel entourée d'une sorte de boudin jaunâtre. On dirait qu'une brioche a été assassinée et qu'ils ont mis un cordon en pâte autour de la scène du crime.

Dans un rebondissement digne du Sixième Sens, tous les chefs trouvent son assiette hyper élégante. Paul Pairet nous dit qu'il y a «une espèce de raffinement, d'esthétique, de fraîcheur». Il s'est trompé sur son dosage de Lexo ce matin ou quoi?

Mais c'est hyper moche??? On a l'impression d'être gaslightées.

Les chefs sont plus critiques niveau goût. Mais Mohamed est dans le déni et pense que Philippe Etchebest va le choisir: «Tout est réuni pour que ça fonctionne». En 2021, soyez aussi confiants que Mohamed dans «Top Chef». Manque de bol, il est envoyé en dernière chance.

Chloé

Après presque une heure d'émission, on découvre enfin la première candidate de la saison, Chloé. Elle a l'air vraiment géniale, prône une cuisine écoresponsable et semble très talentueuse. On est déjà prêtes à ouvrir un fan-club. Son seul défaut: elle s'est présentée à l'émission parce qu'elle a croisé Adrien un jour et qu'il lui a dit «pourquoi tu ferais pas “Top Chef”?».

Du coup, Adrien fait un petit caméo pour venir nous parler de la candidate. Il dit de Chloé: «C'est quelqu'un de sensible, comme moi. C'est vraiment une belle personnalité.» L'exercice c'était de flatter la meuf, Adrien, pas toi.

Sur le papier, son dessert à la poire et au sarrazin a l'air ouf, mais niveau présentation, elle veut «montrer un visuel de pâte sablée en préparation». Pourquoi la nouvelle lubie des chefs c'est de nous faire croire que la bouffe est pas prête ou préparée à l'arrache? Pour ça on a déjà nos repas quotidiens, en fait.

Malgré ses petits soucis de présentation, elle conquiert les chefs grâce au goût de son dessert et est recrutée par Hélène dans sa brigade. On se prend déjà à rêver d'une brigade 100% féminine.

Thomas

Thomas a grandi à Brooklyn, du coup il aime le hip-hop et le street art. Est-ce qu'il est pote avec Spike Lee aussi? Honnêtement, il a l'air d'avoir passé plus de temps au lycée français de New York qu'à jouer au basket dans les rues de Bed-Stuy mais who knows?

Le candidat propose un dessert autour de la pumpkin pie, ce qui donne lieu à soixante-quinze minutes (temps ressenti) de blagues lourdingues sur la prononciation de pumpkin, avec Philippe Etchebest qui joue au neuneu qui n'a jamais entendu un mot d'anglais de sa vie, tandis que Thomas répète «PUMP et KIN» avec la même intensité qu'Alain Chabat disant «serial killer» dans La Cité de la peur. C'est bon, on a compris, you're special.

Pour sa présentation, il nous dit qu'il fait «de l'improvisation, comme un freestyle de rap»:

Le Wu-Tang Clan de la cuisine.

Apparemment, ça a bon goût et Thomas est donc recruté par Michel Sarran.

Yohei

Yohei (on imagine Thomas derrière qui fait: «Il faut dire YO, et puis ensuite HEI») est un peu le Jean-Philippe de cette promo: il n'a pas droit à une vraie présentation et on ne saura jamais vraiment pourquoi. On nous montre le passage des chefs rapidement et sous forme de flashbacks, alors qu'on ne l'a jamais vu? Si vous êtes producteur sur «Top Chef», expliquez-nous.

On apprend quand même que c'est un candidat japonais, et que sa grand-mère «elle est pas douée, elle est pas douée du tout» pour les mochis, ce qui nous donne automatiquement envie de l'aimer.

Mais apparemment, lui non plus n'est pas doué du tout, puisqu'il se retrouve en dernière chance.

Deuxième épreuve

La deuxième épreuve est lancée, cela fait déjà quatre heures que la France est en couvre-feu, et l'on a hâte de découvrir la deuxième fournée de candidat·es. Le thème: recréer et réinterpréter un plat populaire salé.

Mathieu

Quand t'es vraiment en chien après un an de pandémie.

On commence avec Mathieu, qui est belge, du coup on va sans doute l'appeler «le Belge». Désolées.

Il a l'air très sympa, a un petit air de Hobbit, dit des choses auxquelles on peut s'identifier comme «j'ai plein de sentiments qui passent à travers ma tête», et se démarque tout de suite avec une approche originale: il cuisine sans utiliser de sel industriel. Rapidement, le jeune chef d'à peine 22 ans révèle qu'il a un niveau de fou, et comme tous les petits génies de la technique, il atterrit dans la brigade de Philippe Etchebest.

Sarah

Chaque année, il y a une personne qui est de toute évidence très douée mais n'a AUCUNE confiance en elle. Cette année, c'est Sarah, qui comme de nombreuses femmes, souffre d'un énorme syndrome de l'imposteur: alors que l'épreuve vient de commencer, elle est déjà à se dire «c'est peut-être pas pour toi, t'as le pas niveau quoi, t'as pas le niveau». Mais si Sarah!! C'est pour toi! T'as le niveau! Crois en toi!!!

Malgré sa crise de confiance, la jeune cheffe sort une super assiette et rejoint la brigade d'Hélène Darroze, pour l'instant 100% féminine. Tu vois Sarah, n'écoute pas ton inner saboteur.

En plus de ses complexes, Sarah doit affronter le pire obstacle de tous: les remarques lourdes et le air guitar de Philippe Etchebest. En voyant Sarah, le chef s'exclame qu'«elle est très rock'n'roll la petite là» –parce qu'elle a des tatouages. Philippe, on ne sait pas si t'as remarqué mais on est en 2021 et 93% des candidats cette année sont tatoués.

Pour en rajouter une couche, Philippe Etchebest lui recommande le super mashup entre AC/DC et les Bee Gees (ok boomer). Ça nous rappelle les mecs hyper basiques en soirée qui se croient originaux en nous demandant si on a vu Le Parrain.

Pierre

Encore quelqu'un qui a l'air relativement sympa, décidément! Après la cour des miracles l'année dernière (avouez que Justine, Adrien, David, Diego, Jordan et Mallory étaient quand même tous un peu fous hein), cette année le thème est normcore. Ou évangile, entre Pierre, Mathieu, Paul... On a du mal à tous les distinguer.

Pierre a la même tête que tous les Français expatriés (d'ailleurs vous aurez remarqué qu'ils s'appellent tous Pierre généralement), et dès qu'il explique qu'il est chef à Bangkok, on sent les antennes de Paul Pairet se dresser.

Il a également travaillé avec Arnaud Donckele, qui dit de lui: «S'il est concentré, il fait des choses extraordinaires» –ok donc ce qu'on retient c'est qu'il est pas concentré. Parce que ça, c'est le genre de trucs que les profs disent au conseil de classe quand il faut sauver les meubles.

Cela dit, sa recette de pad thai revisité a l'air très réussie, et sans surprise, Pierre atterrit dans la brigade de Paul Pairet.

Arnaud

Ah ça y est, arrêtez tout: on a trouvé le candidat insupportable de la saison. Il en faut bien un tous les ans. Comment on sait que c'est le méchant de l'émission?

  • Il a une moustache;
  • il n'écoute qu'à moitié ce que lui disent les chefs, et quand on lui fait un retour négatif il dit «mouais c'est un avis comme un autre»;
  • il se qualifie de «rouleau compresseur» (méga red flag);
  • il a une moustache;
  • il dit des trucs comme «Star Wars, les épées tout ça, c'est des tocards à côté», et «je vais être en mode piranha». Tu sais Arnaud, le cannibalisme c'est pas tendance, surtout en ce moment. On sent que c'est le genre de mecs dont la série préférée est Peaky Blinders, qui pense que Walter White est un héros et qui essaie de te mansplainer la recette du mojito en soirée;
  • a-ton mentionné la moustache?

Dans le rôle du Capitaine Crochet, Arnaud livre une interprétation parfaite.

Et comme il a vraiment envie de nous énerver, Arnaud décide d'insulter la bouillabaisse en fabriquant des boudins de poisson blanc. Zéro respect pour les traditions dans cette émission.

Pauline

On adore Pauline parce que:

  • elle est très rigoureuse et elle aime la technique (la nouvelle Martin?);
  • elle a une excellente resting bitchface;
  • son hachis parmentier a l'air très bon.

Malheureusement, son plat ne convainc pas trop et elle part en dernière chance. Avec son air de tueuse, on a bon espoir qu'elle s'en sorte.

Bruno

Encore un chouchou instantané, Bruno est un candidat timide, ancien bègue qui a commencé sa carrière chez Etchebest et espère que «Top Chef» sera le choc qui lui fera enfin dépasser son défaut d'élocution. Bref, il est trop choupi parfait et on veut qu'il réussisse et qu'il surmonte ses obstacles.

En plus, il atterrit dans la brigade de Michel: un choupi au royaume des choupis.

Adrien

Ancien participant d'«Objectif Top Chef» (il y a huit ans déjà!), il avait été éliminé au premier tour.

Comme Yohei, il n'a droit qu'à une demi-présentation. À ce titre, on l'appellera donc Jean-Phi numéro 2, et on ne va pas s'attacher inutilement si c'est pour nous l'éliminer dans deux heures.

Globalement, il faut avouer que la promo de cette année est excellente. Si seulement le gouvernement français était au même niveau.

Dernière chance

Il est bientôt minuit, et la dernière chance commence à peine. Chère M6, depuis que le couvre-feu est à 18h, on est généralement au lit à 20h30, donc il faudrait penser à être concis (pas comme ce récap).

Le thème de l'épreuve nous offre l'occasion de voir où les candidats se situent sur l'échelle de Kinsey de la carotte –de Yohei qui nous dit «la carotte, c'est pas mon délire» à Pauline qui affirme joyeusement: «Quand j'étais petite, je mangeais toujours une carotte crue au goûter.» Enfin quelqu'un qui a eu une enfance pire que la nôtre.

Chaque minute de cette dernière chance est une minute en moins consacrée à la meilleure partie de notre journée (celle où on dort), et les répliques insupportables d'Arnaud ne font rien pour arranger la situation –s'il sort pas des «je vais les éclater» toutes les trente secondes, il fait un AVC? À part ça, Mohamed s'en sort bien, Pauline ne cesse de rajouter toujours plus de tas de feuilles sur son assiette, et Jarvis a «les fesses qui claquent».

L'heure de la dégustation (et du Xanax pré-dodo) est enfin venue, et Stéphane nous refait le coup du candidat ou de la candidate solitaire qui n'intégrera aucune brigade et devra jouer seul·e contre tous. Justine nous manque.

Résultat des courses: Mohamed intègre la brigade de Darroze, ce qui veut dire qu'on n'aura pas de brigade 100% féminine :(. Pauline doit choisir entre Michel Sarran et Paul Pairet, et opte pour... Pairet. Cette nouvelle saison ne fait que commencer et la lose de Michel continue déjà. Le papa de la France remarque même avec un petit sourire que ça fait deux fois que des candidats choisissent Pairet plutôt que lui... Nous on te choisit Michel!!!!!!!!

Et là, le pire arrive: dépité, déstabilisé, Michel choisit Arnaud pour sa brigade. Michel, t'as chié dans la semoule là.

Jarvis est désigné comme candidat solitaire et sans aucune surprise, ce sont donc les deux Jean-Phi de la saison, qui n'avaient eu que trois secondes de présentation, qui sont éliminés. Sérieusement? On a regardé huit heures (à peu près) d'émission pour l'élimination la plus prévisible de l'histoire? Gros loupé sur ce coup-là, et on espère que M6 ne va pas mettre un filtre bleu et accorder dix secondes de temps d'écran à chaque éliminé de la saison. N'oubliez pas que nos vies n'ont plus aucune saveur M6, alors on veut du piment, des twists, de l'excitation!!!

En vrac

Est-ce que vous croyez qu'ils ont mis Jarvis en candidat solitaire parce que ça fait un bon titre de western?

Quand t'espère que personne t'a entendu péter pendant ton call Zoom.

Sarah est vraiment super rock'n'roll: elle écoute Supertramp et les Bee Gees. Quand elle est d'humeur punk, elle écoute Simon and Garfunkel?

Cuisiner avec un grain de riz: non merci.

Prédiction: Pierre, ça va être le nouveau David, il va nous saouler avec ses voyages à chaque émission.

Est-ce qu'on peut avoir la recette de la crème branlée?

Nous, après presque un an de pandémie.

L'énergie de premier de la classe de Michel qui prend des notes dans son petit carnet, c'est magnifique <3.

Quand on pense à notre prochain voyage en 2028.

Idée d'épitaphe: «J'ai forcé en curry, j'espère que ça va passer.»

Quand même, y a un candidat qui s'appelle Jarvis Scott et personne nous explique pourquoi?

«Top Chef» 2021, les récaps
«Top Chef» saison 12, épisode 2: le récap en GIF et en acceng du Sud

Épisode 2

«Top Chef» saison 12, épisode 2: le récap en GIF et en acceng du Sud

«Top Chef» saison 12, épisode 3: le récap en GIF et en acceng du Sud

Épisode 3

«Top Chef» saison 12, épisode 3: le récap en GIF et en acceng du Sud

Newsletters

Manger du fromage peut réduire les risques de maladies cardiovasculaires

Manger du fromage peut réduire les risques de maladies cardiovasculaires

Vous reprendrez bien un peu de comté.

La meilleure façon de faire de la confiture

La meilleure façon de faire de la confiture

Après de (trop) nombreux essais, je ne suis PAS parvenue à départager les différentes méthodes pour préparer la confiture de fraises qui ensoleillera votre hiver.

Deux hommes arrêtés avec leur coffre rempli de KFC pour défier le confinement en Nouvelle-Zélande

Deux hommes arrêtés avec leur coffre rempli de KFC pour défier le confinement en Nouvelle-Zélande

Les restrictions sanitaires interdisent les plats à emporter dans la ville d'Auckland, qui s'est barricadée.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio