Boire & manger

«Top Chef» saison 11, épisode 7: le récap en GIF, en acceng du Sud et en quarantaine

Temps de lecture : 12 min

Cette semaine, le malheur continue de s'abattre sur la brigade des jaunes comme il continue de s'abattre sur la France.

Ce n'est surtout pas un concombre. C'est un «cornichon!!!!!». | Capture d'écran via M6
Ce n'est surtout pas un concombre. C'est un «cornichon!!!!!». | Capture d'écran via M6

C'est parti pour une nouvelle semaine de compétition, et comme les ingrédients utilisés cette semaine, après plus de quinze jours de confinement, nous sommes désormais pleines d'eau et sans saveur. Le seul truc qui nous fait tenir, c'est la perspective de pouvoir bientôt assister à l'épreuve des restaurants.

L'émission commence avec une intro interminable qui nous annonce tout ce qu'on va voir dans les deux heures qui vont venir, et franchement on n'a pas besoin de ça. «Top Chef» est notre seul rayon de soleil de la semaine, alors venons-en au fait.

En plus, on se remet douloureusement du départ de Justine la semaine dernière. Même si heureusement, on garde contact avec elle et Gianmarco grâce aux posts de Konbini. On nous rappelle aussi que Diego a changé de brigade après la réunification pour le rééquilibrage des équipes, et qu'il se retrouve en binôme avec Nastasia. On espère qu'il portera chance à Michel, qui n'en a pas eu beaucoup pour l'instant.

Première épreuve

Cette semaine, c'est comme si «Top Chef» avait compris qu'on avait besoin d'un peu plus de stimulation pour nous sortir de notre torpeur confinée. Les tartes aux pommes sans sucre, ça ne suffit plus. Il nous faut du grand spectacle. C'est donc le parfait moment pour dégainer l'épreuve «Qui peut battre Philippe Etchebest?» aka l'épreuve «qui a la plus grosse?».

La réponse est évidemment: Philippe. C'est lui qui a la plus grosse.

Ne reculant devant rien, les producteurs nous sortent même un plan de Philippe Etchebest torse poil sous sa veste de cuisine.

La France va vraiment mal, et les abdos de Philippe Etchebest sont là pour la divertir.

Philippe, l'armoire à glace toute en testostérone de l'émission, ne rate pas une occasion de nous rappeler qu'il est un homme, un vrai: «Vous avez oublié un accessoire les gars: le protège-dents», «je vais pas me laisser faire, même avec quarante-cinq minutes en moins»... ON A COMPRIS PHILIPPE.

Eh oui, car Philippe devra sortir un plat en quarante-cinq minutes, alors que le reste des candidat·es disposent d'une heure et demie. Honnêtement, c'est vrai que c'est assez impressionnant.

Quand t'en as des grosses.

Ce qui manque de couilles, pour le coup, c'est le thème de l'épreuve: les cucurbitacés. On part sur des recettes zéro plaisir. Des légumes gorgés d'eau et faibles en goût; ça nous fait vraiment pas saliver. À QUAND LES BURGERS ET LA PIZZA ET LE MCDO? –ah non excusez-nous ça c'est juste le genre d'aliments inaccessibles dont on rêve tous les soirs depuis qu'on ne peut plus en commander.

Les autres chef·fes ne sont pas au courant du thème de l'épreuve et ne sont donc pas là pour épauler les candidat·es. C'est le chef Gilles Goujon, habitué de l'émission, qui s'y colle.

Il a l'air d'être le plus sympa de tous les hommes.

Et les candidat·es vont avoir besoin de son aide, parce qu'on sent que la perspective d'affronter Philippe Etchebest les tend un tout petit peu.

Quand Édouard Philippe prend la parole.

Même Adrien se met à courir pour aller chercher ses aliments, signe que la fin est proche. Tel est le pouvoir de Philippe. En même temps, nous on fait pareil quand c'est enfin notre tour de rentrer à l'intérieur du supermarché: go go go!!!!!!!!

L'épreuve commence avec Mory et Adrien, qui décident de préparer un fond de tarte de pastèque. Ça se voit qu'ils ont regardé la vidéo pastèque-pizza de Tasty, eux. Les candidats décident d'agrémenter leur tranche de pastèque grillée au barbecue d'une salade homard-pastèque. Ça fait penser à l'été et non seulement on n'est pas en été, mais en plus on risque pas de se faire des soirées barbec' de sitôt. Merci pour la grosse déprime les gars.

Nouveau signe de la fin des temps: Adrien nous apprend qu'il ne sait pas se servir d'une Cocotte-minute. Le mec sait faire des cervelles de veau façon Thaï mais pas fermer une cocotte. En quarantaine il tiendra pas deux minutes lui.

Quand on se demande ce qu'on doit écrire sur notre attestation.

Martin et Gratien, eux, décident de faire une recette 100% concombre, autant dire une recette 100% rien. Au programme: gelée d'eau de concombre, pickle de concombre, purée de concombre... Leur stratégie c'est donc de trouver quarante-huit moyens différents de cuisiner un légume qui n'a aucun goût. Même Goujon a l'air dubitatif. Heureusement, Gratien nous redonne le sourire en nous faisant une démonstration d'exercice sportif à faire chez soi:

Un, deux, trois, quatre.

Pendant ce temps-là, Philippe bout derrière son plan de travail.

Nous à 19h59 quand on attend que le voisin passe «I Will Survive» pour la troisième fois de la semaine.

Le chef démarre enfin l'épreuve et décide de faire une recette au cornichon et à l'huître, une association de rêve ou de cauchemar selon à qui vous vous adressez.

Non seulement c'est très agréable de regarder Philippe Etchebest travailler, mais ça nous donne aussi l'occasion de le voir perdre ses moyens.

C'est vraiment très charmang.

Quant à Davou et Mallou, ils ont choisi de faire une raïta, sauce indienne à base de concombre et de yaourt. Goujon leur dit de ne pas la faire trop épicée, mais ils choisissent de ne pas l'écouter en arguant que «c'est la saison de l'audace». Ça leur coûtera cher. Le problème avec «c'est la saison de l'audace», c'est que c'est un peu comme le deuxième amendement, c'est l'excuse parfaite pour faire n'importe quoi. «C'est pas cuit mais bon, comme c'est la saison de l'audace...» «Cette viande est avariée mais on va la cuisiner quand même parce que c'est la saison de l'audace.»

Côté jaune, Diego et Nastasia sont désormais ensemble, et on sent que la cohésion est déjà au rendez-vous dans la brigade: Diego veut faire du melon, Nastasia veut faire du concombre, du coup aucun n'a fait de compromis et ils font un plat melon-concombre. Eh bé, c'est bien parti.

En plus, Diego laisse la moitié de ses melons quand il les coupe. Notre âme de sudiste est offensée.

Nous, on râcle la peau comme si notre vie en dépendait.

Dans la liste des trucs qui nous excitent le moins, l'eau de concombre c'est très très haut quand même. On dirait les jus détox que boit Gwyneth Paltrow. Et puis, on veut pas dire mais le jus concombre-gingembre: diarrhée garantie.

Interruption musicale avec DJ Diego.

«One More Time»

Notre chauffeur de salle préféré, qui a plus d'un tour dans son sac, nous prouve qu'il parle aussi bien italien qu'espagnol:

L'avantage, c'est que vous pouvez réviser votre LV2 avec Diego pendant le confinement.

La fin de l'épreuve arrive, et les monteurs de l'émission nous tapent un gros coup de stress avec des images de Nastasia et Diego qui n'arrivent pas à décoller leur gelée de concombre vingt secondes avant la fin. La tension est à son comble, on se croirait dans Démineurs.

C'est l'heure de la dégustation, et on est vraiment censé croire que les trois autres chef·fes ne se doutent de rien, alors qu'on leur a demandé de déguster les plats séparément, et que cinq assiettes au lieu de quatre leur ont été servies. C'EST CELA OUI. Mais bon, c'est comme le père Noël et l'inutilité des masques en période de pandémie, il faut y croire pour préserver la magie.

Malgré son abondance de swag, Philippe Etchebest est très bon joueur, et félicite tou·tes les autres candidat·es pendant la dégustation. Ça fait plaisir à voir. L'autre truc qui fait plaisir à voir, c'est Philippe Etchebest en train de hurler «cornichon!!!!!», notre nouveau kink.

Only in «Top Chef».

À part la redoutable Hélène Darroze qui exprime des réserves, les chefs semblent impressionnés par la recette d'Etchebest, à commencer par Paul Pairet qui est totalement in love du plat. Selon lui, soit c'est du très haut niveau, soit «c'est un coup de pot monumental»: sympa pour ses candidats!

Puis, le moment qu'on attend tous et toutes arrive enfin, lorsque Hélène Darroze, Paul Pairet et Michel Sarran réalisent que Philippe Etchebest les a dupés. Ça commence avec Philippe qui dit qu'il n'a jamais eu autant d'émotion sur une épreuve, ce qui éveille tout de suite les soupçons d'Hélène.

Quand ton patron te dit qu'il est allé se réfugier sur la côte basque.

Michel Sarran, éternel allié anti-patriarcat, est ému par les mots de Philippe et lui dit «toi aussi tu es un homme et tu as le droit de verser une larmichette». YES MICHEL. Il est parfait.

Quand il découvre enfin la supercherie, Michel est mort de rire. C'est vraiment le meilleur public.

Ça fait tellement plaisir de le voir aussi heureux, dans une saison où il ne fait que perdre.

Excellent acteur, Michel continue de nous faire croire qu'il n'a vraiment rien vu venir.

Quand on a cru que le chômage partiel allait concerner les pigistes.

Mallory et David se retrouvent derniers, alors qu'ils avaient gagné toutes les épreuves depuis deux semaines. Peut être vont-ils enfin retirer leurs bandeaux de ninja? Le binôme Nastasia-Diego, quant à lui, est avant-derniers. Les jaunes... on sait plus quoi dire, là. Déso.

Et Philippe Etchebest arrive troisième, derrière Adrien et Mory, et Martin et Gratien! Incroyable.

«Est-ce que Philippe ne vieillirait pas un peu? C'est son plus mauvais score depuis que nous faisons “Top Chef”.» On aime Michel quand il est taquing.

Deuxième épreuve

Arrêtez tout, sortez vos calendriers et marquez cette date d'une pierre blanche, un miracle vient de se produire: après six épisodes forts en testostérone, «Top Chef» a enfin invité une cheffe pour juger une épreuve. L'heureuse élue? Stéphanie Le Quellec, qu'ils ne sont pas allés chercher bien loin puisqu'elle a gagné la saison 2 de l'émission. Prochain défi: trouver une femme cheffe qui n'a jamais participé à l'émission. On vous promet que ça existe!

Pour cette épreuve, les candidat·es doivent reproduire à l'identique le plat star de la cheffe, un magnifique rouget «cuit de peur» avec sucs de bouillabaisse. Un plat que Mallory estime être «pas mal». Merci pour ce feedback, Mallou.

Ça donne plus envie que l'eau de concombre.

En tout cas, cette recette chante à nos oreilles de sudistes. Mais ça veut dire quoi au juste, «cuit de peur»? Non, ce n'est pas (seulement) l'état dans lequel nous sommes tous et toutes depuis quelques semaines, c'est la méthode de cuisson utilisée par Stéphanie Le Quellec. Une technique inédite pour les candidat·es, qui se livrent à leurs propres interprétations plus ou moins aléatoires.

Peut-être que le poisson est en train de vivre une crise sanitaire mondiale, qu'il ne sait pas de quoi sera fait son futur et qu'il est coincé chez lui à regarder BFM toute la journée. Est-ce que tu as pensé à ça, Mallou???

Finalement, il tente une technique peu conventionnelle:

À essayer chez vous si vous n'avez pas de four mais on garantit pas le résultat.

Finalement, il décide de partir sur une cuisson basse température, ou comme il nous l'explique: «Moi, je fais un cuit de pas peur. Un cuit de tranquille, zen.»

Davou, lui, comprend que si le poisson a peur, c'est parce qu'on utilise une cuisson très vive pour «l'agresser un peu» (la cuisine est vraiment un univers impitoyable).

Mais notre lecture préférée, c'est celle de Diego qui a opté pour une cuisson basse température et est prêt à toutes les contorsions sémantiques pour coller avec le thème. Pour lui, le rouget «cuit de peur», c'est une cuisson basse parce que «c'est un poisson qui a peur de surcuire». Un tel niveau de déni et d'autopersuasion, ça nous rappelle nous quand on interprète un message hyper froid de notre crush.

L'épreuve est un peu méta puisqu'on regarde Michel Sarran et Hélène Darroze regarder les candidat·es qui cuisinent. L'occasion de découvrir que Michel est comme nous et qu'il en a marre des discours pseudo-motivants des candidat·es.

Ça se voit qu'il s'est pas tapé tous les flashbacks sur Jordan et son fils.

Nastasia, quant à elle, nous annonce que le poisson c'est sa «bête noire». On a peur pour Michel et on aimerait ne pas voir partir la seule meuf de l'émission. La candidate comprend malgré tout le principe de la cuisson à vif, et devine aussi qu'il va falloir ajouter de la fécule de maïs pour faire tenir le poisson. Ça commence bien et on se dit que le vent a enfin tourné pour Michel et sa brigade.

Lol.

Sauf que la saison de la poisse continue pour notre Toulousain préféré puisque Nastasia OUBLIE SON POISSON et le fait cuire trop longtemps, alors que le plus important dans cette épreuve c'est littéralement la cuisson du poisson!!!

Quand tu vas jamais gagner.

Pour ce qui est de Diego, l'autre espoir de Michel, il ne s'en sort pas mieux. Il décide de faire sa rouille «au feeling» (jamais une bonne idée) et ajoute plusieurs jaunes d'œuf (???) pour la rendre plus jaune. Une insulte à la cuisine provençale qui ferait pleurer la grand-mère de Marie. Heureusement, il a beau être complètement paumé, il a la patate:

Cállate.

Pendant ce temps, dans un moment de gênance internationale, Davou décide de nous chanter «Déshabillez-moi». Comme si on ne souffrait pas déjà assez comme ça.

Sa recette se passe plutôt pas mal, même si son bouillon de bouillabaisse a trop de tomate et qu'il décide donc de le «remouiller». On a ensuite droit à un débat sur la «remouille» et on a un peu envie de mourir quand la cheffe demande au candidat: «Tu remouilles, David?»

La fin de l'épreuve arrive, et Mallou a l'air au bout de sa vie. Après avoir surcuit ses pommes de terre, il décide d'en repréparer trois minutes avant la fin. En fin de compte, tout le monde a l'air d'avoir un peu foiré l'épreuve.

On passe enfin à la dégustation et les rougets des candidat·es en comparaison avec ceux de Stéphanie Le Quellec, c'est un peu comme si on mettait côte à côte un sac Chanel et un sac Channol.

Nous au début du confinement vs nous à la fin.

Malgré ses galères de dernière minute, Mallory est le préféré de la cheffe au niveau visuel, tandis que Nastasia et ses rougets trop cuits sont éliminés avant même la dégustation. Ça devient franchement humiliant pour la candidate qui n'a gagné qu'une seule épreuve en sept semaines.

Dans une insulte à tout le Sud, c'est Davou, un Normand, qui remporte finalement l'épreuve de la bouillabaisse. Mallou part pour la première fois en dernière chance. Tandis que la brigade de Michel est ENCORE sur la sellette!!!

C'est vraiment pas son année. Mais qu'il se rassure, en fait c'est l'année de personne.

Dernière chance

Sarran envoie Nastasia en dernière chance pour la milliardième fois, alors que Diego vient à peine d'intégrer sa brigade, et qu'il a mis du jaune d'œuf dans sa rouille. On a vraiment l'impression qu'ils veulent qu'elle parte, la pauvre.

L'épreuve sera autour de la pomme: Mallory fait des crêpes aux pommes, Nastasia fait des pommes AU MISO ET AU SAUMON. Ok meuf, ravies de t'avoir connue. On sent que toutes ces épreuves de la lose, ça l'a radicalisée.

En tout cas, Mallou est à fond.

On n'a jamais vu quelqu'un mettre autant de passion dans le découpage de pommes.

Ses pommes confites ont quand même l'air très bonnes et son caramel aussi. Mais Mallory n'a pris aucun risque, alors que Nastasia a tout donné. Elle nous explique même que «“Top Chef” c'est l'aboutissement d'une vie, de sacrifices en sacrifices»... Meuf, t'as pas encore connu le confinement, calme-toi.

Lors de la dégustation, tou·tes les chef·fes mentionnent que Mallory n'a pris aucun risque et que le plat de Nastasia est audacieux... Mais finalement, c'est quand même Nastasia qui est éliminée. La pauvre candidate aura eu la chkoumoune jusqu'au bout.

Quel plan maudit.

Alors que Justine a eu droit à des déclarations d'amour de chaque chef·fe la semaine dernière, Nastasia n'a droit à rien. C'était la dernière femme en compétition, et on voulait vraiment y croire pour elle. On a toujours du mal à voir la parité fondre au fil des épisodes de notre émission préférée. D'ailleurs, la semaine prochaine, les trois chefs invités seront... trois hommes! Allez salut!

En vrac

– Mallory: «L'élimination c'est pour ta pomme», «avec ma recette les chefs ils vont tomber dans les pommes»... Y a une option jeux de mots pourris au bac en Belgique?

– Cette semaine, on n'a pas eu de flashback sur le chef sucré-salé. Nous sommes tristesse.

– Nos messages Bumble à la fin du confinement:

– L'astuce du jour: «Zestez de la main de Bouddha.» Alors comment te dire? Déjà trouver des oranges en ce moment c'est compliqué donc bon.

– Martin: «Moi je suis super content, les choses se passent très très bien.» Bah t'es bien le seul.

– Est-ce que vous pensez qu'on les paie à chaque fois qu'ils disent «c'est la saison de l'audace»?

– On espère qu'ils ont bientôt prévu une épreuve pain parce que la France est en train de perdre la boule à ce sujet.

– Diego: «Les fenouils sont bien, ça a le goût du fenouil.» Merci Diego.

– Vous aussi vous avez remarqué le petit moment entre Stéphanie Le Quellec et Diego? Quel tombeur.

– Philippe qui prétend méditer avec de la cithare derrière... Ils ont vraiment décidé de tomber dans tous les clichés culturels cette saison.

– Quand tu trouves du PQ après deux semaines de recherche:

– La fin de l'émission tease GRAVE un potentiel retour de Justine en compétition. Ils ont intérêt à ne pas nous arnaquer. Après trois semaines de confinement et de coquillettes au beurre, si c'est Jean-Philippe qui revient on sera prêtes à tout cramer.

– Nous quand on essaie de se convaincre que la vie en confinement, c'est pas si mal:

– La semaine prochaine, c'est l'épreuve des PÂTES. ENFIN. «TOP CHEF» NOUS A ENTENDUES.

– On vous laisse avec cette image maudite de Philippe Etchebest qui tripote du beurre:

«Top Chef» 2020, les récaps
«Top Chef» saison 11, épisode 6: le récap en GIF, en acceng du Sud et en quarantaine

Épisode 6

«Top Chef» saison 11, épisode 6: le récap en GIF, en acceng du Sud et en quarantaine

«Top Chef» saison 11, épisode 8: le récap en GIF, en acceng du Sud et en quarantaine

Épisode 8

«Top Chef» saison 11, épisode 8: le récap en GIF, en acceng du Sud et en quarantaine

Newsletters

La meilleure façon de cuire le saumon

La meilleure façon de cuire le saumon

Après de (trop) nombreux essais, j'ai pu déterminer quelles sont les meilleures méthodes de cuisson pour obtenir un saumon délicieux.

Dix crus classés de rosés Côtes de Provence pour votre été

Dix crus classés de rosés Côtes de Provence pour votre été

La Provence est la première région du monde en matière de vins rosés.

Manger de la nourriture moisie est-il risqué pour la santé?

Manger de la nourriture moisie est-il risqué pour la santé?

Toutes les moisissures ne se valent pas et la nature de l'aliment joue aussi un rôle.

Newsletters