Boire & manger / Médias

«Top Chef» saison 11, épisode 2: le récap en GIF et en acceng du Sud

Temps de lecture : 8 min

Au programme cette semaine, des croûtes, des entrailles, des jolies chips de peau, du paing et du ping.

Atelier poisson «de la tête à la queue» au port de La Rochelle. | Capture d'écran via M6
Atelier poisson «de la tête à la queue» au port de La Rochelle. | Capture d'écran via M6

C'est parti pour le deuxième épisode de cette saison, toujours placée sous le signe de l'audace, mais surtout sous celui du Sud-Ouest!!!

Nous quand on entend la douce voix de Michel Sarran.

Première épreuve

La première épreuve se déroule à La Rochelle, avec le chef Christopher Coutanceau. Une productrice fait l'appel de chaque brigade, et on se souvient que Justine est la candidate solitaire –sans amis, en gros. Ça nous rappelle les heures les plus sombres de nos cours d'EPS.

Christopher Coutanceau est un fervent défenseur de l'écodiversité, et il explique que «dans le monde, on va déguster douze espèces de poissons, alors qu'il y en a des centaines qu'on pourrait manger». Bah en même temps, on va p't'être les laisser tranquilles, les autres espèces! C'est la première fois qu'on voit quelqu'un nous dire qu'il faudrait tuer plus d'animaux (mais bon, qu'est-ce qu'on en sait, nous, on a fait un bac L).

Par contre, on est complètement conquises par sa recette de sardines (désolées aux voisins qui nous ont entendues gémir de plaisir pendant cette séquence) (oui, on adore les sardines).

Cette épreuve portera donc sur l'utilisation du poisson «de la tête à la queue», c'est-à-dire qu'il faut consommer le produit en entier. D'entrée de jeu, l'émission a choisi de tester nos limites, parce que bouffer des arêtes et des écailles, faut quand même avoir envie.

Pas démontée par le fait d'être seule, Justine nous fait immédiatement part de son enthousiasme déjà légendaire:

On sait, Justine.

Puis c'est le moment de nous repasser un petit topo sur Mallory et son histoire tragique (souvenez-vous, c'est le jeune candidat qui a perdu l'usage de son œil après un accident en cuisine).

En binôme avec lui, un inconnu… C'est Jean-Philippe, le candidat mystère qui n'a pas encore eu droit à une vraie introduction. L'émission lui accorde huit secondes, pour nous dire qu'il bosse dans un restaurant et qu'il est très travailleur. Une courte présentation qui ne nous permet pas encore vraiment de saisir toute l'essence du personnage. Qui es-tu, Jean-Philippe???

Revenons à Justine, notre chouchoute, qui est donc toujours à fond. Son poisson? La sardine. Et la candidate a choisi de préparer «une sauce onctueuse et gourmande d'entrailles» –cette émission veut nous tuer. «Sublimer la sardine, c'est vraiment délicat», dit-elle en l'éviscérant.

Gratien et Martin, eux, ont décidé de «cuisiner de la vieille de la tête à la queue», ce qu'on trouve un peu déplacé, si vous voulez notre avis.

C'est l'occasion de découvrir la nouvelle bromance de cette émission: Martin et Gratien, qui sont trop mignons ensemble (en plus, leurs noms riment).

On retire tout ce qu'on a dit sur la gamme émotionnelle de Martin. Quel amour.

Mais revenons à Justine (ça faisait longtemps).

Alors qu'elle part déjà avec un gros handicap et doit cuisiner toute seule face à toutes les brigades, elle se fait déconcentrer par les chefs, qui débarquent et lui foutent la pression sans rien dire. Résultat, elle en oublie sa sardine sur le feu et la laisse légèrement trop cuire. Fidèle à elle-même, elle ne se laisse pas abattre pour autant.

Jordan, lui, n'a pas passé trente secondes à l'écran qu'on nous remontre déjà son fils. Heureusement, ça sera la seule fois de l'épisode.

Pour son épreuve, le chef sétois prépare un bouillon de merlan «bien corsé avec des accents du Sud». Mêmeuh le jus, il a l'acceng du Sud!!! Décidément, cette année, «Top Chef» sait comment nous faire plaisir.

Si le bouillon de Jordan nous fait envie, on a un peu plus de mal avec les autres propositions de cette épreuve: arêtes frites, tête de poisson snackée, «jolie chips de peau», bouillon d'entrailles onctueux… D'habitude, on aime bien manger en regardant l'émission, mais là, ça devient compliqué.

Attendez, on a un message de Justine:

On sait, Justine!

L'épreuve touche à sa fin et amène avec elle le premier drama de la saison: à quelques secondes près, Jordan et Pauline n'ont pas eu le temps de finir leur assiette. Du coup, il manque la chips de peau (quel dommage!). Le pire dans cette histoire, c'est qu'ils ont déçu Michel «Daddy Rugby» Sarran –et ça, c'est inacceptable.

La dégustation commence avec le plat de Mory et Gianmarco. Celui-ci s'intitule «La vive “no chips”, praliné aux arêtes, fumet aux herbes», mais nous, on l'aurait sans doute baptisé «Un étron et un rail» (les fans de Succession comprendront).

Les grands gagnants de l'épreuve sont Mallory et…


C'est qui, lui, déjà?

AH OUI, c'est Jean-Philippe!!!

Deuxième épreuve

Pour la deuxième épreuve, on retrouve les losers qui n'ont pas eu droit à un voyage gratuit à La Rochelle.

Il est plus de 22 heures et comme nous, Adrien a l'air un peu endormi.

Le chef de cette épreuve sera Glenn Viel, un mec complètement ouf qui passe deux mois sur UNE gambas. Tout commence avec une coque en cire, qu'il moule avec un ballon de baudruche. Ensuite, il remplit la coque d'un consommé de gambas, puis d'une gambas poêlée, qu'il cuit en vase clos à basse température. Ça a l'air incroyable et honnêtement, on aimerait que quelqu'un nous accorde autant d'attention que Glenn Viel à cette gambas.

Glenn Viel et sa gambas: True Detective saison 4.

Après les réjouissances de la première épreuve, le nouveau thème est la croûte: décidément, on est sur un épisode très sexy, ce soir.

Nastasia choisit de cuisiner un bar. Encore un poisson??? Clairement, elle ne sait pas ce qu'on vient de vivre. Et l'épreuve est mal partie pour elle, puisqu'elle se coupe le doigt ET se ramasse devant son poste de travail.

L'occasion de nous offrir LA blague de la soirée: «Je me suis croutée sur l'épreuve de la croûte.» On s'incline. En fait, c'est elle qui devrait écrire ces récaps.

Adrien part sur une croûte de PAIN avec du PIN –ou, en bon français, aka celui de Paul Pairet, «du paing avec du ping». Ne surtout pas confondre les deux.

C'est le moment pour une des petites vignettes d'astuces que l'émission affectionne tant. On nous prodigue le conseil de l'année: «Pensez à utiliser les abats du pigeon.» Merci, on y pensera!

À ce moment-là, on commence à s'inquiéter, parce qu'Adrien, le mec le plus flegmatique de cette émission, dit que «ça va moyen». Traduction: il est en PLS dans son corps.

Diego, de son côté, plonge un magret de canard dans une croûte à la cire chaude. Ça nous rappelle un peu nos séances chez l'esthéticienne, en vachement plus gourmand. Le résultat final ressemble à un foie gras, donc forcément, on aime.

Attention, encore une super astuce: «Mixer les aiguilles de sapin pour faire ressortir tous leurs arômes avant de les intégrer à une pâte.» Si vous avez un sapin Douglas à proximité, ça peut servir.

Pendant ce temps-là, le deuxième drame de la saison se profile: David décide de préparer une poire en croûte sucrée… sauf qu'il réalise, une fois que son plat est au four, qu'il a confondu le sucre avec du GROS SEL. Énorme. Helène Darroze n'est vraiment pas contente, mais nous, on est extrêmement diverties.

C'est la fin de l'épreuve, et Stéphane Rotenberg est très en forme sur les blagues de papa:

Vous l'avez?

Avant de déguster le plat de Diego, Glenn Viel nous fait un rappel nécessaire: «La cire, c'est lié aux abeilles. On en parle beaucoup en ce moment.» On sent qu'il a fait un petit tour sur Wikipédia avant de venir.

Voici venu le moment des délibérations, et pour reprendre la douce expression de Nastasia, «personne ne sait qui est le tocard et qui est numéro 1». Malheureusement, elle va vite découvrir que c'est elle, la tocarde :/

Ce qui veut dire que toute la brigade de Michel Sarran est en dernière chance. Pauvre Michel. Nous, si on était dans son équipe, on ne le décevrait pas.

Quant au numéro 1, c'est un de nos préférés: Adrien. D'ailleurs, il est extatique.

Dernière chance

C'est l'heure de décider qui devra défendre sa place en dernière chance, pour une épreuve 100% betterave, soit notre pire cauchemar. La betterave, c'est l'aliment du diable.

Michel Sarran sélectionne Jordan, le seul homme de sa brigade, une nouvelle preuve qu'il est un vrai féministe. Michel, si tu nous lis, on veut bien démanteler le patriarcat avec toi.

Également en dernière chance: Justine, qui prépare un mélange betterave-café (ils ont vraiment décidé de tester nos limites, aujourd'hui), Diego et Gianmarco.

Diego nous propose un tian de betteraves, un plat qu'on connaît bieng dans le Sud. Sauf que le tian, c'est pas ça, Diego. Ce que t'as fait, c'est juste une pile de betteraves.

Gianmarco, quant à lui, a des problèmes de siphon –un gros classique dans cette émission. Quand apprendront-ils que le siphon, dans «Top Chef», ça marche jamais?

Passons aux dégustations, parce qu'on a vraiment envie de vous parler de la veste de Michel Sarran:

Qu'il est craquang!

On vous passe les détails, mais on notera juste que l'assiette de Diego nous rappelle nos lendemains de soirées rosé pamplemousse:

Il s'en tire quand même et réintègre la compétition en avant-dernier. Ça se passe également bien pour Justine, qui remporte l'épreuve malgré une overdose de petits points dans son assiette.

La vraie tragédie de cet épisode, c'est l'élimination de Gianmarco. Déjà que l'Italie traverse une période difficile en ce moment, c'est un peu le coup de grâce. En tout cas, le Hodor italien va beaucoup nous manquer (on croise les doigts pour qu'il réintègre l'émission à un moment).

Du coup, Justine intègre la brigade de Paul Pairet, qui ne va sans doute pas être déçu du voyage.

En vrac

– Tout ça veut dire que Justine et Adrien, deux candidats aux extrêmes opposés de l'échelle de l'enthousiasme, sont désormais dans la même brigade!!! On ne veut pas dire, mais c'est vraiment le duo de choc.

– Le foin, c'est le truc utilisé uniquement dans «Top Chef» et à la ferme de nos grands-parents.

«Les gens ont souvent peur de manger une arête.» Bah ouais, on n'est pas dans Game of Thrones.

– On parle de Justine mais Nastasia, on dirait tout le temps qu'elle vient d'apprendre que Bruce Willis était mort depuis tout ce temps dans Sixième Sens.

– Dernière astuce de la soirée: «Pour aromatiser votre beurre, pensez à le fumer à froid grâce à de la sciure de bois.» Merci, on a que ça à faire.

– On apprend que le père de Justine mettait du café dans son biberon. Tout s'explique.

«C'est chaud de night»? Diego, en fait, on préférait quand tu disais «vamos» toutes les cinq minutes (oui, on est vieilles).

– On nous rappelle avec des images de son restaurant que Paul Pairet est un chef avant-gardiste. On sent qu'il y en a là-dedans, c'est un peu le Damon Lindelof de la cuisine, quoi.

– Les producteurs de l'émission aiment vraiment faire des plans où les chefs regardent des animaux morts avec amour.

– Justine, c'est le genre de meuf à qui il faut pas faire d'anniversaire surprise.

– Idée de quiz: quelle coiffure de «Top Chef» êtes-vous? Plutôt le man bun de Glenn Viel, le flou artistique d'Adrien ou la boule à zéro d'Etchebest?

– Justine: «J'en ai marre d'être seule.» Nous aussi Justine, nous aussi.

– Les gens qui trouvent que le prochain James Bond a l'air trop long n'ont clairement jamais regardé «Top Chef»

«Top Chef» 2020, les récaps
«Top Chef» saison 11, épisode 1: le récap en GIF et en acceng du Sud

Épisode 1

«Top Chef» saison 11, épisode 1: le récap en GIF et en acceng du Sud

«Top Chef» saison 11, épisode 3: le récap en GIF et en acceng du Sud

Épisode 3

«Top Chef» saison 11, épisode 3: le récap en GIF et en acceng du Sud

Newsletters

Du taboulé de brocoli, qui l'eût cru?

Du taboulé de brocoli, qui l'eût cru?

Sur ma liste des interdictions pendant le confinement, les pâtes à la tomate. J'ai réussi à m'en passer. Effet collatéral: je me suis mis à faire du taboulé. Tout le temps.

Pierre Gagnaire est-il le plus grand cuisinier de France?

Pierre Gagnaire est-il le plus grand cuisinier de France?

Le chef stéphanois désormais établi à Paris se cherche une identité culinaire bien à lui. Aux plats de tradition française, il ajoute des émotions, des garnitures, de la fantaisie en prenant des risques.

Les recettes du confinement, partie 3

Les recettes du confinement, partie 3

Vu que l'on en a encore pour plusieurs semaines d'isolation, voici six nouvelles recettes faciles à cuisiner. J'espère que vous avez fait des réserves de fromage râpé (désolée pour les vegans).

Newsletters