tous les podcasts

La playlist de Théo Boulenger


Théo Boulenger

Réalisateur et compositeur de podcasts, Théo Boulenger recommande ses podcasts favoris sur Slate Audio.

La playlist de Théo Boulenger

Il est délicat pour moi de conseiller l'écoute du podcast Cerno, l'anti-enquête de Julien Cernobori, car j'ai participé à l'esthétique de son contenu en composant la musique. Je ne peux toutefois pas m'empêcher de rendre hommage au savoir-faire de Julien, qui sait si bien ressentir et transmettre la beauté d'un individu, dans son essence même. Une chose est belle quand on perçoit ce qui fait qu'elle est unique. À l'instar d'un portrait photographique ou pictural, qui vient souligner la singularité d'un trait ou d'une posture, nous pouvons grâce à l'audio capter une voix, la comprendre puis la travailler en l'organisant, en la polissant, faisant ainsi émerger l'une des facettes de l'individu. Julien parvient entre autres à extraire sur chacune de ses interviews une vision du monde qui est propre à ses personnages. Je crois que son travail est l'un des plus beaux exemples de ce que l'audio peut nous offrir: peindre une rencontre et s'étonner à nouveau de la richesse de l'esprit humain.

Il y a des podcasts qui, par la force de leur contenu, fossilisent dans notre mémoire les lieux dans lesquels nous nous trouvions au moment de leur écoute: je me vois encore le soir à dessiner sur la table de ma cuisine, tout en écoutant le récit de Albert, Pano ou bien celui de Luis. Chacun nous raconte sa relation avec une ou plusieurs drogues dans le podcast Substance de Benjamin Billot. Nous sommes plongés dans des récits captivants grâce à des montages voix extrêmement soignés, mais aussi à des témoignages sincères, certainement rendus possibles par une écoute bienveillante de la part de Benjamin.

Malheureusement, j'avoue écouter assez peu de podcasts. Mon travail sollicite déjà quotidiennement mes oreilles, lorsque j'en réalise moi-même ou lorsque je compose mes musiques. Aussi, j'aime l'idée que les sources d'inspiration puissent venir d'ailleurs, qu'elles nous sortent des formes qui nous sont familières. Idée charmante mais qui a ses limites… On vient de me conseiller d'écouter «PS: Je t'aime», un épisode de Post-Scriptum dont la forme paraît justement très inspirante! Des voix racontant de courts récits fragmentés, composés comme on tisse un patchwork couleur pastel. C'est doux et bien réalisé. J'écoute avec le sourire en coin, parfois je ris, seul dans ma cuisine (toujours la même!). Pour rester dans cette vague de bonne humeur, je peux également mentionner Parodicast et Raconte-moi une bêtise que j'écoute avec mes enfants. Pour finir, un clin d'oeil «rapide» pour un podcast à vive allure, 30 secondes chrono...

D'ailleurs je vous laisse sur ces mots, je pars écouter les autres épisodes de Post-Scriptum que je ne connais pas encore.