tous les podcasts

La playlist d'Hervé Hauboldt


Hervé Hauboldt

Le podcasteur derrière «Travail soigné» dévoile ses épisodes préférés de podcasts diffusés sur Slate Audio.

La playlist d'Hervé Hauboldt

On ne va pas se raconter d'histoires (ou plutôt si, justement), je n'écoute pas de podcasts dits «de conversations» qui traitent d'entrepreneuriat ou de développement personnel, insistant sur leur caractère inspirant. Ce que j'aime, ce sont les témoignages, les récits qu'on a pris soin de mettre en valeur par un patient travail de recherche, de préparation, de montage et de construction quasi-dramaturgique.

Alors évidemment, il y a Transfert, un must de la catégorie, l'un des premiers natifs français à squatter mon casque. Beaucoup citent le premier épisode parmi les plus marquants. Personnellement, j'aime beaucoup le deuxième dont l'intrigue repose sur le mensonge d'un père à ses enfants, auxquels on s'identifie en se disant «Et si ça m'était arrivé, à moi?».

Dans Détenues, les talentueuses créatrices de 1000 degrés révèlent des témoignages rares de femmes emprisonnées. Chez Bianca, le caractère romanesque de la cavale se fracasse contre le mur de la réalité.

Impossible de ne pas mentionner Julien Cernobori dans cette playlist, dont l'infinie bienveillance permet d'accoucher des parcours de vie hors norme au fil des épisodes de Superhéros. La vie tourmentée de Vanessa en est une démonstration brillante.

L'épisode «Cher alcool» de l'excellent Post-scriptum, qui sonde l'intimité avec pudeur, mêle les témoignages de deux femmes dépendantes: l'une devient sobre tandis que l'autre poursuit sa lutte avec une clairvoyance désarmante.

Et si on parlait boulot? Un sujet qui me tient à cœur. Dans cette collection d'interviews au long cours de cuisiniers, le témoignage d'Olivier Bellin en dit long sur l'opiniâtreté requise pour atteindre les étoiles.

Je regrette que beaucoup de podcasts d'affaires criminelles usent d'une réalisation clichetonneuse bégayant «Faites entrer l'accusé». Dans Fenêtre sur cour, Élise Costa traite le sujet à contre-courant, sans complaisance ni esbroufe, avec talent, rigueur et justesse. L'épisode «Le silence des voisins» interroge chacun de nous.

Je ne crois pas avoir déjà entendu de témoignages aussi éclairants sur la consommation de drogues que dans Substance. Ici, on écoute sans curiosité malsaine le témoignage lucide d'Albert, qui raconte sa relation à l'héroïne et les galères qui l'accompagnent.