Monde

La mystérieuse larme de victoire de Vladimir Poutine

, mis à jour le 05.03.2012 à 10 h 56

Un leader politique qui pleure après une victoire, c'est plutôt rare, mais quand il s'agit de Vladimir Poutine, c'est carrément un évènement.

L'AFP s'interroge sur la larme qui a coulé sur la joue du dirigeant russe après son élection à la présidence, samedi 4 mars: si lui a affirmé que les larmes «étaient vraies, mais vraies à cause du vent», ses opposants ont ironisé sur cette explication. «Vova, Moscou ne croit pas aux larmes», a twitté le blogueur Slavik Zehner, en référence au titre d'un célèbre film soviétique, tandis que l'opposant Alexeï Navalny a ironisé lors d'une interview à la télévision indépendante Dojd:

«Aujourd'hui, notre leader avait une vraie raison de pleurer. Il a regardé autour de lui et a dit: "Mon dieu, qu'ai-je donc fait?".»

En octobre dernier, nous avions consacré un article au phénomène des politiques qui pleurent, mais l'entrée de Poutine le chasseur et le sportif de l'extrême dans cette catégorie était plutôt inattendue.

pleursKremlinlarmesmoscouRussie
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte