Monde

La mystérieuse larme de victoire de Vladimir Poutine

Temps de lecture : 2 min

Un leader politique qui pleure après une victoire, c'est plutôt rare, mais quand il s'agit de Vladimir Poutine, c'est carrément un évènement.

L'AFP s'interroge sur la larme qui a coulé sur la joue du dirigeant russe après son élection à la présidence, samedi 4 mars: si lui a affirmé que les larmes «étaient vraies, mais vraies à cause du vent», ses opposants ont ironisé sur cette explication. «Vova, Moscou ne croit pas aux larmes», a twitté le blogueur Slavik Zehner, en référence au titre d'un célèbre film soviétique, tandis que l'opposant Alexeï Navalny a ironisé lors d'une interview à la télévision indépendante Dojd:

«Aujourd'hui, notre leader avait une vraie raison de pleurer. Il a regardé autour de lui et a dit: "Mon dieu, qu'ai-je donc fait?".»

En octobre dernier, nous avions consacré un article au phénomène des politiques qui pleurent, mais l'entrée de Poutine le chasseur et le sportif de l'extrême dans cette catégorie était plutôt inattendue.

Newsletters

Faire la paix avec Israël pour contrer l'Iran, la nouvelle stratégie de certains pays arabes

Faire la paix avec Israël pour contrer l'Iran, la nouvelle stratégie de certains pays arabes

Le 15 septembre, les dirigeants d'Israël, des Émirats arabes unis et de Bahreïn se sont retrouvés à la Maison-Blanche pour apposer leurs signatures aux accords d'Abraham. Il s'agit de deux traités de paix entre Jérusalem et Abou Dabi d...

En Turquie, la «Patrie bleue» révèle l'alliance des islamistes et des nationalistes

En Turquie, la «Patrie bleue» révèle l'alliance des islamistes et des nationalistes

Les défenseurs de cette doctrine affirment qu'elle protège les intérêts de l'État turc et réfutent les accusations d'expansionnisme.

L'indépendantisme écossais se rebiffe contre la BBC

L'indépendantisme écossais se rebiffe contre la BBC

En interrompant la diffusion des conférences de presse de la Première ministre sur la pandémie de Covid-19, la chaîne britannique s'est attirée les foudres de nombre d'Écossais·es.

Newsletters