Monde

DIRECT - La police identifie un suspect, Nordine Amrani, pour l'attentat de Liège

Temps de lecture : 2 min

Quatre personnes seraient mortes dans l'attentat de Liège, dont son auteur, rapporte l'agence de presse belge Belga qui cite des «sources judiciaires» (lalibre.be précise que le bilan officiel fait toujours état de deux morts, et attend confirmation pour ce nouveau chiffre).

D'après le site d'informations belge, l'attentat ne serait pas terroriste, et son auteur serait Nordine Amrani, un Liégeois de 32 ans condamné en 2008 pour association de malfaiteurs. Il se serait tiré une balle dans le crâne, après avoir lancé des grenades vers la foule présente sur la place Saint-Lambert.

La police a dit avoir appelé des démineurs pour faire sauter le véhicule de Nordine Amrani, présent sur la place.

Lameuse.be rappelle que Nordine Amrani n'est pas inconnu des services judiciaires belges: en 2008 des policiers avaient découvert 1.530 plants de cannabis fleuris et 1.293 plants déjà récoltés au domicile et dans son atelier de soudeur (il était âgé de 28 ans à l'époque).

La police avait aussi trouvé un lance-roquettes –vide–, et plusieurs fusils et armes de tireurs d'élite, ainsi que des dizaines de pièces détachées et des centaines de cartouches. Nordine Amrani avait été condamné à 58 mois de prison ferme.

Slate.fr

Newsletters

Paris et Ankara dans un bras de fer sur le Kurdistan syrien

Paris et Ankara dans un bras de fer sur le Kurdistan syrien

La tension est montée d’un cran entre Ankara et Paris, à l’ombre du déploiement de forces spéciales françaises dans le Rojava et de l’appui diplomatique peu équivoque au projet d’autonomie territoriale kurde en Syrie.

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Vingt-cinq textes vieux de plusieurs siècles ont été transportés depuis le Mali, après avoir été cachés durant l'occupation djihadiste de Tombouctou, entre 2012 et 2013.

En Ouganda, une pénurie de médicaments met en danger les personnes séropositives (mais pas seulement)

En Ouganda, une pénurie de médicaments met en danger les personnes séropositives (mais pas seulement)

Depuis le début de l'année, le pays n'est plus approvisionné en Septrin, un traitement antirétroviral administré notamment aux personnes atteintes du Sida.

Newsletters