France

Sarkozy: «Il y a désormais clairement deux Europe»

Temps de lecture : 2 min

Après que la Grande-Bretagne a posé son veto au traité intergouvernemental, voté à Bruxelles vendredi 9 décembre pour renforcer la discipline budgétaire européenne, Nicolas Sarkozy, dans un long entretien au Monde, souligne l'émergence d'une Europe à deux vitesses.

Le président français estime qu'il existe «désormais clairement deux Europe, l'une qui veut davantage de solidarité entre ses membres et de régulation, l'autre qui s'attache à la seule logique du marché unique».

Face aux critiques sur la gestion de la crise de l'eurozone par le couple franco-allemand, Nicolas Sarkozy estime que «le triptyque Berlin-Londres-Paris aurait eu un sens si nous avions eu une crise de l'Union européenne, mais ce n'est pas le cas». «C'est une crise de l'euro», précise-t-il tout en affirmant toutefois que le marché unique européen a «besoin de la Grande-Bretagne».

Par ailleurs, il appelle à la constitution d'un «authentique gouvernement économique» de la zone euro et d'un «véritable fonds monétaire européen» lequel servirait «à venir en aide aux pays membres de la zone euro qui n'auraient pas un accès suffisant au marché pour financer leurs dettes».

Slate.fr

Newsletters

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

La banderole est l'un des moyens d'expression privilégiés des supporters. Il arrive pourtant qu'elle soit interdite de match, comme à Toulouse, fin février.

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

Prudence... et action rapide. Selon Pierre-Yves Cossé, commissaire au Plan de 1988 en 1992, l'embellie apparente de certains indicateurs économiques ne signifie absolument pas une prochaine sortie de crise.

Newsletters