France

Sarkozy: «Il y a désormais clairement deux Europe»

, mis à jour le 12.12.2011 à 17 h 03

Après que la Grande-Bretagne a posé son veto au traité intergouvernemental, voté à Bruxelles vendredi 9 décembre pour renforcer la discipline budgétaire européenne, Nicolas Sarkozy, dans un long entretien au Monde, souligne l'émergence d'une Europe à deux vitesses.

Le président français estime qu'il existe «désormais clairement deux Europe, l'une qui veut davantage de solidarité entre ses membres et de régulation, l'autre qui s'attache à la seule logique du marché unique».

Face aux critiques sur la gestion de la crise de l'eurozone par le couple franco-allemand, Nicolas Sarkozy estime que «le triptyque Berlin-Londres-Paris aurait eu un sens si nous avions eu une crise de l'Union européenne, mais ce n'est pas le cas». «C'est une crise de l'euro», précise-t-il tout en affirmant toutefois que le marché unique européen a «besoin de la Grande-Bretagne».

Par ailleurs, il appelle à la constitution d'un «authentique gouvernement économique» de la zone euro et d'un «véritable fonds monétaire européen» lequel servirait «à venir en aide aux pays membres de la zone euro qui n'auraient pas un accès suffisant au marché pour financer leurs dettes».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte