France

Sarkozy: la perte du triple A ne serait pas «insurmontable»

Temps de lecture : 2 min

Au cours des derniers mois, le triple A de la France n'a pas été seulement décrit comme l'indicateur évaluant la confiance des investisseurs en la capacité de remboursement de la France mais également comme la note globale des mesures économiques prises par le gouvernement Fillon. Alors que l'une des trois agences de notation, Standard & Poor's, menace de dégrader la note de la France, le président Nicolas Sarkozy cherche, dans un long entretien au Monde, à minimiser son importance.

Si «l'une des trois agences de notation a mis sous perspective négative la France, ainsi que toute la zone euro», c'est «parce que la zone euro connaît un problème de gouvernance», affirme-t-il.

Alors qu'au cours de son interview télévisée du jeudi 27 octobre 2011, le président avait rappelé la haute importance pour la France de conserver son triple A, signe que «nous sommes considérés comme un pays bien géré», il déclare à présent que si les agences de notation étaient amenées à retirer cette note accolée à la dette souveraine française, ce «serait une difficulté de plus, mais pas insurmontable».

«Ce qui compte avant tout, c'est la crédibilité de notre politique économique et notre stratégie déterminée de réduction de nos dépenses. Nous respecterons scrupuleusement les engagements que nous avons pris», ajoute-t-il.

Slate.fr

Newsletters

Retrait des voyageurs

Retrait des voyageurs

Site classé

Site classé

Jacques Chirac, l'homme qui n'assumait pas d'être de droite

Jacques Chirac, l'homme qui n'assumait pas d'être de droite

On a voulu faire passer l'ancien président pour un radical de Corrèze mais son inconscient est de droite. Pour le meilleur et pour le pire.

Newsletters