Économie

44 Français parmi les 300 plus riches de Suisse

Temps de lecture : 2 min

Le magazine Bilan publie la liste des 300 plus grosses fortunes 2010 résidant en Suisse.

Pour en être, il faut posséder un patrimoine d’au moins 100 millions de francs suisses (81,5 millions d’euros) et être ressortissant suisse ou disposer d’un domicile fiscal en Suisse. Parmi ces 300 «plus riches», on trouve 44 exilés français qui «pèsent» un peu moins de 30 milliards d’euros au total. «Les grosses fortunes quittent à nouveau la France», annonce La Tribune. Elle sont 27 de plus qu’il y a dix ans. Parmi les Français, La Tribune relève que l'on trouve «la famille Wertheimer, propriétaire de Chanel, mais aussi les familles Castel (vins), Primat (héritier Schlumberger), et Benjamin de Rothschild (Compagnie financière Edmond de Rothschild), toutes quatre basées à Genève et dotées d'un patrimoine supérieures à 2 milliards de francs suisses (1,63 milliards d'euros), jusqu'à 4 à 5 milliards, estime le magazine, pour les familles Wertheimer et Castel».

La prochaine élection présidentielle française pourrait modifier un peu la «configuration future de notre classement» selon Bilan. Avec un changement de majorité, il n’est pas exclu qu’on assiste à un «nouvel afflux de réfugiés fiscaux» en Suisse, comme lors de l’arrivée au pouvoir de François Mitterrand, en 1981.

Newsletters

L'essor du vélo ne signe pas la mort des voitures

L'essor du vélo ne signe pas la mort des voitures

Pour l'éditorialiste de TF1 François Lenglet, la bicyclette est coupable de tous les maux. Pourtant, selon différentes études, la progression de son usage soutiendrait l'emploi et la croissance.

La génération Z ne consomme pas de la même façon aux quatre coins du monde

La génération Z ne consomme pas de la même façon aux quatre coins du monde

Si les jeunes nés après 1997 partagent un intérêt commun pour certaines grandes marques, ils ne constituent pas une cible marketing homogène selon les pays.

Privée de dollars, l'Argentine parie sur les cryptomonnaies

Privée de dollars, l'Argentine parie sur les cryptomonnaies

La capitale Buenos Aires serait la deuxième ville la plus crypto-friendly au monde.

Newsletters